Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 janvier 2011

ARTS ET RESISTANCES N°3

gt3.JPGEt de trois !

 

Le n°3 d’Arts et Résistances, la revue des éditions Gros Textes, est disponible. Et le joyeux mélange d’insoumission et d’amour de la littérature qui caractérise cette publication ne peut que plaire aux grognards que nous sommes.

 

Plein de belles choses au menu de cette revue qui considère « toujours que la culture (et la poésie dans la culture) c’est ce qui permet de se choisir politiquement » (Yves Artufel, p.1)

 

Quelques pépites, piochées au hasard :

 

« Au fond, Dieu veut que l’homme désobéisse. Désobéir, c’est chercher. » (Victor Hugo, in « Désobéir » de Jean-Christophe Belleveaux, p.36)

 

courage on y vient

patience on y viendra

au banal au dérisoire

à la révolte étouffée

à la fin du rire et de la dérision

quand luxe et cynisme

occuperont tout le terrain

(Georges Cathalo, « Quotidiennes pour résister », p.54)

 

Et un petit clin d’œil, pour finir à Alain Sagault qui publie La Charte de l’homme moyen, texte qu’il avait eu la gentillesse de nous confier en avant-première sur Non de non il y a quelques mois de cela.

 

Le Sommaire et les modalités d’achat sont détaillés ICI.

06 mars 2010

HISTOIRE D'L - PATRICK PALAQUER

Histoires d'L couv coul site.jpgVient de paraître : Histoires d’L de Patrick Palaquer, chez Asphodèle.

 

Quatrième de couverture

 

« ... une nuit d’insomnie, l’idée m’est venue de faire le décompte des conquêtes féminines de ma vie, mais très vite j’ai dû me résoudre à en revenir aux moutons… »

 

Patrick Palaquer est né en 1952 à Paris, il se souvient mal de son enfance, essaye d’oublier son adolescence, passe sous silence sa vie d’adulte, pense aux Indes pour y finir ses jours… le dernier voyage forme la vieillesse.

 

Le mot de l'éditeur

 

Histoires d’L, c’est avant tout « histoires de lui ». En revenir à nos moutons, parce qu’ils sont plus nombreux, d’évidence, pour peupler nos insomnies, que nos conquêtes féminines, c’est aussi l’histoire de chacun d’entre nous. Être autant celui qui séduit que celui qui est abandonné, être souvent aussi seul lorsqu’on est accompagné que lorsqu’on est effectivement seul, tout cela, de proche en proche, devient rapidement l’Histoire de nous. Qui serait ce nous ? Serait-il plutôt masculin ? Le serait-il à l’excès ? Le mérite de ces textes serait alors de parler des hommes, de leur très étrange rapport au féminin. Ce serait alors une histoire universelle.