Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 octobre 2011

CONNOLLY AGAIN...

connoly.JPG« L'usage parfait du langage est celui où chaque mot a simplement le sens qu'il doit avoir, sans rien de plus ni de moins. [...] Il y eut un temps (...) où les mots exprimaient ce qu'ils signifiaient et où il était impossible de mal écrire. »

Cyril Connolly, Ce qu’il faut faire pour ne plus être écrivain, Les Belles Lettres, 2011

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

18 octobre 2011

SILENCE NUIT A LA TRES PETITE LIBRAIRIE

LECTURE PUBLIQUE

RECITAL SILENCE NUIT

Philippe Ayraud lit ses textes et ceux de poètes contemporains

A la Très Petite Librairie

58 bis rue des Halles, Clisson / 02 51 71 89 66

Vendredi 28 octobre, 20h45

297559847.jpg

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

13 octobre 2011

SUR LE STYLE MANDARIN...

9782251200156.jpg« Je vais baptiser ce style le mandarin, puisqu’il est prisé par les pontifes de la littérature, par ceux qui aimeraient rendre le mot écrit aussi différent que possible du mot parlé. C’est le style de tous les écrivains qui ont tendance à faire en sorte que leur langage exprime plus de choses que ce qu’ils veulent dire ou que ce qu’ils ressentent, c’est le style de la plupart des artistes et de tous les charlatans. »

Cyril Connolly, Ce qu’il faut faire pour ne plus être écrivain, Les Belles Lettres, 2011

21:19 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (2)

07 octobre 2011

DES NOUVELLES DE STÉPHANE PRAT

68759213.jpgMes Abruzzes, le recueil de nouvelles de Stéphane Prat paru cet été aux éditions Kirographaires, a été sélectionné pour le prix Litter'Halles 2012.

Stéphane nous parle de son recueil ICI.

Un extrait : " Il y a une quinzaine d'années, je voyais un peu la nouvelle comme un roman qui a tourné court, qui s'est essoufflé ou je ne sais quoi. Aujourd'hui, la plupart des romans me font l'effet de nouvelles qui ont mal tourné et se traînent à n'en plus finir."

07:12 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (3)

17 septembre 2011

RACIN' WITH THE WIND...

imagescawmsjnh.jpg

Stéphane Prat a la gentillesse d'accueillir une nouvelle de moi sur son blog.

C'est ICI, et ça sent bon le camboui.

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

11 septembre 2011

STEPHANE PRAT SUR K-LIBRE...

klibre.jpg

Depuis août, Stéphane Prat a entamé une chronique mensuelle sur K-Libre, "Retour aux sources", où il présente tous lesgrands romans noirs qui ont marqué sa vie de lecteur.

Ses deux premières chroniques sont :

- Edward Abbey, Le Gang de la clé à molette (Gallmeister, "Noire")
- Robert Louis Stevenson, "La Côte à Falesà" in Intégrale des nouvelles : volume 2 (Phébus, "Libretto")

Deux textes déjà publiés dans d'anciens numéros du Grognard. Bonne occasion de les relire ou de les découvrir.

14 juin 2011

JOIES DE LA TECHNOLOGIE

2989902131_1_3_2B1PF32L.jpgDésolé pour le peu de nouvelles, ces dernières semaines, mais nous rencontrons quelques soucis informatiques...

Tout devrait rentrer dans l'ordre courant juillet !

Le prochain numéro du Grognard a également un peu de retard et sera disponible dans la seconde quinzaine du mois de juin.

08:26 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (1)

19 mai 2011

PHILIPPE AYRAUD A LA ROTONDE

Le 24 mai, à Nantes... (Cliquez sur l'image pour lire le détail)

Philippe Ayraud à La Rotonde le 24 mai.jpg

22:44 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (1)

06 mai 2011

LA COMMUNE A 140 ANS...

140 ans Commune2.jpgLe vendredi 13 mai 2011 à La Rotonde à Nantes,

à partir de 19h.

(cliquez sur l'affiche pour l'agrandir).

La Commune de Paris reste un événement insuffisamment connu, alors qu’il s’agit d’un moment essentiel de la mémoire ouvrière et révolutionnaire. Certes, cette mémoire s’est transmise au fil des générations, empêchant l’oubli total auquel la bourgeoisie victorieuse et l’historiographie des forces capitalistes s’employèrent activement et sordidement à la vouer. Pour rappel, dans la dernière semaine du mois de mai 1871, Thiers fait entrer dans Paris insurgé l’armée des bourgeois qui massacre des milliers de communards, 30000, 40000… On ne sait toujours pas avec certitude. Bernard Noël, dans son dictionnaire de la Commune fait quant à lui remarquer qu’après ce printemps 1871 il manquait environ 100 000 ouvriers à Paris. La hargne vengeresse des oppresseurs est à la mesure de leur frayeur devant cette réalisation formidable, ce mouvement d’émancipation presque miraculeux, qui s’opéra sous leurs yeux entre le mois de mars et le mois de mai. Et si les communards ont vendu si chèrement leur peau, c’est qu’ils avaient eux aussi parfaitement conscience de l’énorme saut dans l’histoire des révolutions qu’ils venaient d’accomplir. Mais depuis, qu’en reste-t-il ? La Commune demeure-t-elle un modèle figé dans le XIXème siècle finissant, un mythe de plus pour nourrir la nostalgie frustrée des peuples en colère ? Ne peut-elle inspirer encore aujourd’hui des formes d’organisation et de vie collective, d’avancées en termes politiques? D’ailleurs, la Commune est-elle une utopie, et de quel genre est-elle ? Après un XXème siècle de terreurs et de totalitarismes dont nous ne sommes toujours pas sortis, par quels détours ou chemins de traverse nous faut-il passer pour rejoindre la ligne d’horizon entrevue puis franchie par les femmes et les hommes de la Commune ? Il semble que sa tentation, ou son désir, soit toujours à portée de mots, de cris et d’élans. Comme un instinct vital, qui est  aussi l’instinct de poésie dont l’homme ne peut se défaire sans renier son humanité profonde même . C’est pourquoi cette soirée sera aussi politique que poétique, non pour les fondre ou les confondre, mais pour ouvrir la chambre d’échos qui résonne des harmonies chromatiques du grand large, le lieu de la lucidité et de l’éclair, ce mot cher à Rimbaud. Sans oublier les chants ou les chansons, toute cette culture prolétarienne authentique qu’aucun folklore ni goût malvenu de l’anachronique ne peut altérer ou réduire, puisqu’elle continue de souffler à travers le temps l’intensité de l’espoir d’un monde véritablement à hauteur d’humanité, sans possessions, sans classes, sans oppresseurs ni opprimés.  (É. Simon).

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

29 avril 2011

BIENTOT A LA ROTONDE...

La Rotonde, 2, rue Louis Blanc à Nantes

******

Mardi 3 mai 2011 à 20h
1ère partie : Thérèse André-Abdelaziz
lecture et dédicace de son nouveau livre, L'Estuaire
(éd. Ex-Aequo)
2ème partie vers 21h15 :
scène libre poésie, musique et chanson

******

Vendredi 13 mai 2011 à partir de 19h
140ème anniversaire de la Commune de Paris:
19h : présentation par Hélène Defrance, + discussion,
20h : Récital poétique
« Rimbaud, un poète dans la Commune »
(Éliane Hervé & Éric Simon)
21h15 : Chants prolétariens et révolutionnaires
par Séverine Pirovano et Nicolas Magdelaine
+ « Bœuf » Communard :
autres chants et lectures de textes, etc…

*******

297559847.jpg

Mardi 24 mai 2011 à 20h
Philippe Ayraud

(qui présentera son nouveau recueil,
publié par Le Grognard : Silence Nuit)

*******

Mardi 7 juin 2011 à 20h
Scène libre poésie musique et chanson

*******

Mardi 28 juin 2011 à 20h
Sophie G. Lucas

09:32 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)