Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2012

LE GROGNARD A MONTAIGU...

AFFICHE-PDL-2012.jpgComme tous les ans, quelques exemplaires du Grognard seront disponibles au salon du livre de Montaigu, sur le stand des éditions du Petit Pavé.

Ce sera du 30 mars au 1er avril.

Tous les détails ICI.

21 mars 2012

ILS SONT BEAUX NOS ARTICHAUTS...

lg21.jpgStéphane Prat nous en dit un peu plus sur le nouveau Grognard (numéro 21) consacré aux Artichauts de Bruxelles d'Yves Le Manach :

Pas très loin du Centre du Monde est un roman autobiographique composé, non pas de chapitres, mais d'Artichauts de Bruxelles. (hommage au dadaïste Georges Ribemond Dessaigne)

Yves le Manach y évoque son enfance dans le 6ème arrondissement parisien (fréquenté alors par les lettristes, Guy Debord, Michèle Bernstein etc...). Les paradoxes de sa révolte, de son militantisme et de sa condition de classe. Son exil (désiré) à Bruxelles. Anecdotes et farces majeures de son existence, rencontres incongrues, marquantes ou absurdes. Un entrelacs de vécus qui donnent à penser et reviennent sur ses déceptions ou ses surprises, avant et après 1968. 

Pas très loin du Centre du Monde, on suit le destin d'un ouvrier ajusteur né à Paris en 1942, et qui passerait les premières années de son existence réfugié en Bretagne, entouré de femmes, se préciser, en réalité, à l'insu du matérialisme et des contraintes du turbin, comme le destin d'un « penseur ajusteur » pour qui « le minimum d'honnêteté intellectuelle dont il pouvait faire preuve consistait à laisser s'inscrire en lui toute l'inhumanité de ce monde. »

Avec l'accord de leur auteur, j'ai rassemblé dans ce recueil parmi ses écrits les plus autobiographiques, où sa philosophie politique s'énonce avec le plus de clarté, d'émotion et de simplicité, de quotidienneté. Ses obsessions (la justice, les filles et l'éternité...) y trouvent une formulation philosophique praticable : l'indétermination et l'inachèvement.

Cette philosophie se présente et se lit réellement, ici, comme un roman.

Stéphane Prat 

PS : et Stéphane Prat récidive ICI !

14 mars 2012

LE GROGNARD N°21 EST DISPONIBLE

img277.jpgLe n°21 du Grognard est disponible et la revue a connu deux notables changements :

1) La couverture a été entièrement redessinée (grâce aux généreux conseils de pascal Bouchet-Spiegel et Olivier Joncour.

2) Nous avons changé d’imprimeur et usons maintenant des services de Patrick Durand-Peyroles qui, en plus d’être un éditeur/imprimeur plein de talent, est également un homme d’une gentillesse très appréciable.

Pour découvrir le sommaire, cliquez sur la couverture

Et pour toute commande, il convient de nous envoyer un mail ICI. Et n’oubliez pas que si ce numéro 21 coûte 10 €, l’abonnement annuel est seulement de 30 € (soit un numéro gratuit), alors, n’hésitez pas : Le Grognard survit principalement grâce à vos abonnements !

09 mars 2012

LE GROGNARD EST A PARIS...

salon.pngEn cherchant bien, lors du prochain salon du livre de Paris, vous pourrez dénicher des exemplaires du Grognard sur le stand du Petit Pavé, mais aussi sur celui de Rezobook.

Ce sera du 16 au 19 mars, Porte de Versailles.

19 février 2012

GRAND NETTOYAGE DE PRINTEMPS...

bandeau blanc.png

Un des premiers chantiers de ce blog sera de dissocier la partie « Le Grognard » de la partie « Stéphane Beau ». La dimension collective de la revue doit en effet être mieux mise en avant. Dans la marge de gauche, en haut, nous avons d'ores et déjà essayé de rendre plus visibles les cinq membres du comité de rédaction (leurs pages ne sont pas encore complètement terminées).

Pour ma part, j'ai commencé à vider la colonne « Publications de Stéphane Beau » (à gauche) et je me suis enfin décidé à ouvrir un site-blog à mon nom... L’idée ne me tentait pas plus que cela, mais il est apparu à plusieurs reprises que le flou causé par le fait que certains lecteurs ne savaient pas s’ils lisaient des articles de « Stéphane Beau » (et n’engageant que moi) ou des articles du Grognard (et sensés être validés par toute l’équipe) pouvait être gênant.

Mon nouveau site-blog se trouve ICI. Il est en cours de construction, lui aussi... 

A partir de maintenant, le principe de ce blog sera plus transparent. Les articles généraux (avis de parution, de salons, d’événements…) seront signés « Le Grognard ». Les articles plus personnels (coups de cœur, promo, notes de lecture, coups de gueule) seront signés par leurs auteurs et n’engageront qu'eux.

Nous rappelons, à cette occasion que ce blog est ouvert à tous les Grognards de bonne volonté et que toutes les propositions d’articles, d’informations ou autres sont les bienvenues !

Stéphane Beau

ATTENTION TRAVAUX


travaux.jpgLe Blog va subir quelques travaux dans les jours (semaines?) à venir.

Pas de panique, donc, si certaines rubriques ou colonnes vous semblent instables. C'est normal (pas parfaitement maîtrisé, certes, mais normal quand même !)

09 février 2012

LE GROGNARD CHANGE DE PEAU...

grognard 2012.PNGA partir du numéro 21, en mars prochain (numéro consacré à Yves Le Manach), Le Grognard va se refaire une beauté...

Les travaux ont déjà commencé !

(La couverture exposée ci-contre n'est qu'une maquette. La couverture finale sera peut-être un peu différente).

Affaire à suivre...

LE GROGNARD ET LA CAUSE LITTERAIRE

logo-lcl.pngUn grand merci à Olivier Verdun qui parle du Grognard numéro 19, consacré au "Sentiment Océanique", sur site de La Cause Littéraire.

C'est ICI.

26 janvier 2012

LE GROGNARD A LIVRESSE...


flyer revues littéraires copie.jpegLe 2 février 2012, Le Grognard sera au Café Livresse, à Nantes, en belle compagnie (Chiendents, L'Indic et 7 à dire). Un débat animé par le très sympathique Pierrick Hamelin portera sur le thème : "Pourquoi publier des revues littéraires".

... Bin oui... Pourquoi ?

Cliquez sur l'image pour plus de détails.

21 janvier 2012

LE GROGNARD AU PANDÉMONIUM DES LETTRES !

8F-Choix-de-vie-600.jpgMarianne Desroziers dit quelques mots gentils sur notre vingtième Grognard sur son blog, le Pandémonium littéraire.

Et nous l’en remercions !

C’est ICI.