Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 février 2012

LE GROGNARD CHANGE DE PEAU...

grognard 2012.PNGA partir du numéro 21, en mars prochain (numéro consacré à Yves Le Manach), Le Grognard va se refaire une beauté...

Les travaux ont déjà commencé !

(La couverture exposée ci-contre n'est qu'une maquette. La couverture finale sera peut-être un peu différente).

Affaire à suivre...

Commentaires

Et Stéphane Beau, quand est-ce qu'il se refait une beauté ?

Écrit par : philippe ayraud | 09 février 2012

Y aurait trop de boulot !

Écrit par : stephane | 09 février 2012

C'est curieux cet œil des lettres qui subit une transformation, alors que la police ne change pas.
Qu'est-ce qui justifierait cette petite marche d'escalier sur le filet inférieur entre le G et le R ?
Belle numérotation ;-)

Écrit par : ArD | 12 février 2012

Attention, Stéphane ! L'œil d'ArD est un œil avec lequel il faut compter !
Que veut dire : œil des lettres ?

Écrit par : Bertrand | 13 février 2012

Attention, Stéphane ! L'œil d'ArD est un œil avec lequel il faut compter !
Que veut dire : œil des lettres ?

Écrit par : Bertrand | 13 février 2012

L'« œil» désigne la partie visible d'une lettre. La grosseur d'œil est déterminée par l'importance d'une lettre minuscule par rapport aux ascendantes et aux descendantes du caractère. Plus la taille d'une lettre minuscule sans ascendante ni descendante (comme le « o » ou le « x ») est grande, plus le caractère paraît gros alors que le corps reste inchangé (corps en 12 pt par exemple). L'œil, les pleins et les déliés régissent les proportions et donc les contrastes d'un caractère, ce qui en fera sa visibilité et sa lisibilité, 2 choses rendues au service de l'œil du lecteur sans qu'il en soit conscient.

Pour le cas du titre du Grognard, du fait qu'il est en capitales, à défaut de la présence d'ascendantes et de descendantes, on ne perçoit pas l'œil à franchement parler, mais on le devine. Et surtout, on compare : Ainsi le nouveau «o » de Grognard est beaucoup plus rond dans le nouveau projet, par exemple. Or puisque la police est restée la même, il n'y a aucune raison que l'œil du caractère se modifie par miracle, sauf par intervention humaine qui permet de déformer des caractères, par anamorphose par exemple.

En espérant avoir été claire, Bertrand.

Écrit par : ArD | 13 février 2012

Pour répondre à Ard, j'avoue que nos réflexions portent beaucoup moins loin : nous essayons simplement de redonner un peu de fraîcheur au Grognard qui porte les mêmes habits depuis 5 ans. La police de l'ancien titre du Grognard avait été étirée, en effet, pour gagner un peu de place car avec le "Le" devant, c'était plus long. Là, le "Le" étant dessus, l'étirement était moins nécessaire...

D'où la rondeur revenue !

Écrit par : stephane | 13 février 2012

Très technique. Mais tout l'art du livre, de ce que nous voyons avec plaisir sans savoir exactement.
J'aime "le professionnalisme" d'ArD. J'aimerais avoir le même en écriture.

Écrit par : Bertrand | 13 février 2012

Eh oui, c'était pour décrier en douceur ce procédé d'étirement des caractères, dans un sens, puis dans l'autre, que j'abordais l'histoire de l'œil.

Seriez-vous donc revenu à la police d'origine sans aucune modification ? La chasse des « R » me laisse dubitative et le « D » un peu sceptique, sachant que comme je ne dispose que d'un affichage écran, j'admets que ma perception s'en trouve fatalement biaisée.

Les rafraîchissements s'opèrent en modifiant les contrastes, ce que vous faites en partie. La revue n'a pas peur du blanc, c'est déjà un sacré point fort !
Le parti pris de dissocier l'article défini du Grognard est très difficile à honorer, car manifestement cet article fait indéniablement partie du nom, sinon vous le supprimeriez je suppose. Or en le graphiant dans une autre police et en abaissant son corps, vous introduisez une double hiérarchisation, et les hiérarchisations, c'est un peu comme les doubles négations. L'article devient encombrant du coup.

Et la petite marche d'escalier sur le filet intérieur ? Je ne perçois pas le sens du cumul du filet épais supérieur avec le filet inférieur...

C'est parce qu'on aime globalement qu'on prend le temps d'en causer, hein ! N'y voyez pas de mauvais esprit.

Écrit par : ArD | 13 février 2012

Pas de problème, je suis preneur de toutes les opinions.

Écrit par : stephane | 13 février 2012

Et tu as tort, cher Stéphane !
Parce que si je te donnais mon opinion là-dessus, il ne vaudrait pas un clou !

Écrit par : Bertrand | 14 février 2012

Les commentaires sont fermés.