Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2011

LES DÉLAISSÉS DE CATHERINE MALARD

les-delaisses.jpgSecond bouquin (Cf. note du 21 décembre) ramené dans ma besace à l’occasion de « Noëlivres », le salon d’hiver des éditions du Petit Pavé : Les Délaissés de Catherine Malard.

Ce livre, écrit avec beaucoup de soin, renferme une belle galerie de portraits, saisis sur le vif, d’hommes et de femmes dont le parcours n’a pas été un long fleuve tranquille : SDF, réfugiés, exilés, exclus qui n’ont plus assez d’énergie pour crier leurs peines, pour qui « les mots sont des paquets mal ficelés de souffrances désormais nouée au creux de [leurs] entrailles ».

Mais c’est aussi un ouvrage particulièrement salutaire en ces temps troubles où la différence tend à être de plus en plus systématiquement pointée du doigt, voire même criminalisée, en ces temps où la chasse aux pauvres est de nouveau ouverte, où la haine de l’étranger devient un sport officiel, où les acquis sociaux et autres modalités de protection sociale sont en passe de devenir des vestiges historiques d’un autre temps. Bref dans ce monde en lambeaux où la démocratie a perdu l’essentiel de son âme et où le cynisme est roi, le fait de redonner la parole aux humbles, aux oubliés, aux déclassés, aux délaissés s’apparente presque à un acte de résistance.

A ce titre, le nouveau livre de Catherine Malard mérite toute notre attention et doit être conseillé à toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas s’avouer vaincus et qui espèrent encore qu’un jour la devise républicaine, « Liberté Egalité Fraternité » traduise enfin une réalité avérée.

Les Délaissés, Catherine Malard, éditions du Petit Pavé, 2011

Les commentaires sont fermés.