Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2011

L'INDIVIDU SELON BUZZATI

9782221123195.jpg« Il suffirait d’un rien ; réussir à être toi-même, avec toutes tes faiblesses inhérentes, mais authentiques, indiscutables. La sincérité absolue serait en soi un tel document ! Qui pourrait soulever des objections ? Voilà l’homme en question ! Un parmi tant d’autres si vous voulez, mais Un ! Pour l’éternité les autres seraient obligés d’en tenir compte, stupéfaits. »

Dino Buzzati, En ce moment précis, Robert Laffont, 2011.

29 septembre 2011

TOUT EST A NOUS...

Gilles Bounoure dit du bien du Grognard n°18, consacré aux textes enflammés de Jean-Pierre Guillon, dans le numéro 116 (22 septembre 2011) de Tout est à nous.

titre tean.jpg

tean.jpg

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

28 septembre 2011

L'INTIME CHEMINEMENT DE TANGUY DOHOLLAU

Le Grognard a le plaisir de vous annoncer la parution de

Intimes cheminements et mémoire du monde

 

img036.jpgLivre bilingue (franco-italien) de Brigitte battel sur Pas à pas, à l’écoute du silence, roman graphique de Tanguy Dohollau paru en 2009 aux éditions Des ronds dans l’O.

L’ouvrage comporte une vingtaine de dessins de Tanguy Dohollau.

Les auteurs :

Tanguy Dohollau dessine et peint. Il est né en 1958 à St Brieuc. Ses réalisations graphiques sont présentées tant en France qu'en d'autres pays depuis 1976. Il accompagne avec ses dessins des publications depuis le début des années 1980. Il est également auteur de livres dont : Par les grèves publié aux éditions Apogée en 2003 et Pas à pas, à l'écoute du silence publié aux éditions Des ronds dans l'O en 2009 qui fait l'objet de cette étude par Brigitte Battel.

 Brigitte Battel est professeur « ordinario » de Linguistique française à l'Université de Cassino (Italie) où elle enseigne Langue française et traduction. Sans abandonner son intérêt pour la littérature française et principalement pour la première partie du XIXe siècle (traductions de Charles Nodier et Balzac), elle a orienté depuis quelques années ses recherches vers l'étude diachronique des langues spéciales, notamment dans le domaine économique.

 Prix 12 €. Pour toute commande, nous envoyer un mail ICI.

25 septembre 2011

LE GROGNARD 19 ET LE SENTIMENT OCEANIQUE

LE GROGNARD N°19.JPGLE GROGNARD n°19 (septembre 2011) est disponible

 

SOMMAIRE :

 C. Arnoult & Goulven Le Brech : Freud, Romain Rolland et nous... (p. 3-10)

 Henri Michaux : Ma vie s'arrêta, poème en prose (p. 11)

 Pierrick Hamelin : John Cowper Powys, entre la pierre et les étoiles... (p. 12-17)

 John Cowper Powys : Apologie des sens  (p. 18-19)

 C. Arnoult : Tessons matérialistes  (p. 20-22)

 Édith de la Héronnière : Trois Impromptus : Une aube en Castille ; Le vase des Cyclades ; Instantané  (p. 23-29)

 Henri Droguet : Chaos quatre à quatre : Ariette , Petits papiers (soliloque), Tumulte, Chaos quatre à quatre, Sismographies, Hargne, Pour tout dire (p. 30-37)

 Damien Dubessec : Prenez le poumon, retournez-le comme un gant... (p. 38)

 Patrick Corneau : Le perpétuel contre l'éternel. Sentiment et pensée océanique dans l’œuvre de Jean Grenier  (p. 39-47)

 Jean Grenier : Le goût de l'Absolu  (p. 48-50)

Geneviève Bianquis : Élévation, poème (p. 51)

 Jean Levi : Le sentiment océanique chez Tchouang-tseu (p. 52-70)

 Tchouang-tseu : La musique de l'empereur Jaune  (p. 71-73)

 DU CÔTÉ DES LIVRES

C. Arnoult, Goulven Le Brech : Du côté des livres (p. 80-84)

 

Comme d’habitude, l’exemplaire coûte 10  et peut être commandé par mail ICI.

Et un grand merci à Goulven et à Clément pour le travail fourni sur ce numéro.

Nous rappelons enfin aux Parisiens qu’une soirée au tour de ce dernier numéro est prévue le 27 septembre.

18 septembre 2011

23h23, PAVILLON A... 20h, N°9...

epv.jpg

Le Petit Véhicule et le Café Livresse

vous invitent au vernissage de l’exposition

 Le Chagrin et l’oiseau perdu

de Nicolas Désiré Frisque

 ainsi qu’à la signature des livres :

L’Homme au brin d’herbe, poésie, de Francis Blin

23h23, Pavillon A, roman, de Stéphane Beau

Recoller les morceaux, nouvelle, de Louise de Ravinel

Le Chagrin et l’oiseau perdu, poésie, de Luc Vidal et Nicolas Désiré Frisque

 Avec la compagnie Science89 et les Amis de Vasse

À l’occasion de la sortie de la revue Chiendents n°1

 

Jeudi 6 octobre 2011 à 20 heures

9, rue de l’Hôtel de ville, 44000 NANTES

(plus de détails ICI)

17 septembre 2011

RACIN' WITH THE WIND...

imagescawmsjnh.jpg

Stéphane Prat a la gentillesse d'accueillir une nouvelle de moi sur son blog.

C'est ICI, et ça sent bon le camboui.

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

16 septembre 2011

DES NOUVELLES DE PÉPÉ

pp.jpg

Un grand merci à Pascal Pratz qui sur son blog, Ecrire est un sport de combat, adresse un sympathique clin d'oeil au Coffret, à La Chaussure au milieu de la route, à La Semaine des quatre jeudis et à 23h23, Pavillon A. J'apprécie le geste.

C'est ICI.

15 septembre 2011

LA CHAUSSURE D'ALBERT...

albert.gifLe compte rendu de Jean-Louis Millet sur La Chaussure au milieu de la route, poursuit son petit bonhomme de chemin et a ressurgi il y a quelques jours sur un blog québécois.

C’est ICI.

 

14 septembre 2011

LA NUIT SE BAT SANS NOUS

La nuit se bat sans nous-Scan couverture.jpgSi je devais désigner, parmi les poètes contemporains, mes deux auteurs préférés, je crois que je n’hésiterais pas longtemps pour répondre : Thomas Vinau et Guillaume Siaudeau. J’ai dit tout le bien que je pensais du premier il y a quelques jours. Reste à rendre justice au second qui vient de publier un nouveau recueil aux éditions Le Coudrier : La nuit se bat sans nous.

Ce que j’aime chez Guillaume Siaudeau, c’est cette capacité qu’il a à provoquer des images d’une profondeur incroyable avec une économie extrême de moyens : « Elle pleure / comme un plafond humide / et moi j’essaie / de me transformer / en bassine » ; « Ce quelque chose en plus / fait qu’en sa compagnie / on ne préfère pas une saison / à une autre ».

A l’aise aussi bien dans le registre de la sensibilité (« Tu es comme / cette vieille chanson / dont on ne se lasse jamais / comme cette chanson mélancolique / que les gens mettent / dans la playlist / de leurs funérailles ») que dans celui du non sens (« Il préfère qu’on le traite / d’herbivore plutôt que de végétarien / Avec du recul je dois admettre / qu’il est plutôt colérique / pour un lapin ») Guillaume Siaudeau signe là un recueil de belle facture, bourré d'humanité, de tendresse et d'intelligence…

Encore un qu’il va falloir avoir à l’œil et qui ne va pas tarder, lui non plus, j’en suis sûr, à taper dans l’œil des grands médias…

13 septembre 2011

LE PAVILLON A CHEZ LILIBA...

353917.jpg

Liliba, responsable du blog Les Lectures de Lili, parle avec un entrain bien agréable de 23h23 Pavillon A.

Un grand merci à elle.

C'est ICI.