Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2011

CHIENDENTS

chiendent.JPGLes éditions du Petit Véhicule nous informent de la sortie du numéro 1 de

 

Chiendents, Cahier d’art et de littératures (3 €)

 

Sommaire

 

« Clowneries », Yves Hughues

« Recoller les morceaux », Louise de Ravinel

« Le vieux qui taillait la pierre », Roger Wallet

 

Notes de lectures :

Georges Bonnet, Chaque regard est un adieu, par Roger W.

Jean Genet, Les paravents, par Louise de R.

Marcel Proust, Le temps dans Combray, par Claire Mizzon

 

Un poème :

« No pasarán », Robert Desnos

 

Édito de Luc Vidal :

 

La vraie liberté du mot

 

« Chiendents », voici une nouvelle revue, un cahier de plus dans les paysages littéraires de la galaxie. Comme un clin d’œil à Raymond Queneau.

Les dictionnaires définissent le chiendent comme une mauvaise herbe des cultures et des pelouses. Mais appliqué au champ littéraire il est fertile, nécessaire et indispensable. Pourquoi ?

La culture institutionnelle depuis trente années a une tendance plus que naturelle à laminer tout ce qui n’est pas elle. Dame Nature offre au chiendent pourtant la possibilité d’être utile. En Bretagne du côté de Plurien et d’Erquy, avec les oyats, le chiendent consolide les dunes. Ce cahier sera la dune et le sable d’une vraie liberté du mot, de sa chanson et de sa couleur. Ce cahier présentera un poète, un écrivain, un peintre, un chanteur, un photographe ou un thème... Il s’agit aujourd’hui, plus que de défendre, de faire vivre une démocratie culturelle authentique du véritable échange et partage.

Ce premier numéro a pour titre : Trois nouvelles pour votre automne. Il présente Yves Hughes qui saisit avec justesse les salves mélancoliques de l’âme dans « Clownerie », Louise de Ravinel qui raconte un voyage de mémoire à mémoire pour « Recoller les morceaux » de Narcisse et Roger Wallet qui taille les mots avec prédilection pour nous offrir la joie parfois triste d’être au monde.

Enfin des notes de lectures et un poème de Robert Desnos, « No pasarán », que nous dédions à tous ceux et celles qui luttent pour la liberté et la démocratie, en particulier à ceux et celles de Tunisie, d’Égypte, de Libye et de Syrie.

 

Pour toute commande, cliquez ICI.

Commentaires

"Chaque regard est un adieu" de Georges Bonnet est une petite merveille !

Écrit par : Pascale | 11 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.