Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2011

LE DERNIER STADE DE LA SOIF

img796.jpg" Je ne suis pas mêlé à tout cela, ma vie n'est que détachement, ironie et frivolité, ce qui n'est peut-être pas une posture particulièrement noble, mais elle a au moins le mérite de ne pas prétendre savoir ce qui est bien pour autrui ".

Frederick EXLEY, Le Dernier stade de la soif, éd. Monsieur Toussaint Louverture, 2011

06:00 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Je précise toutefois que, mis à part cet extrait et quelques bonnes pages, j'ai trouvé ce bouquin d'un ennui assez impressionnant. L'auteur se croit spirituel, décalé, dérangeant alors que la plupart du temps il est platement bête. Preuve flagrante que ce n'est pas parce qu'on est alcoolo qu'on a automatiquement du talent...

Les éditions Toussaint Louverture ne m'avaient pas habitué à cela. Petite erreur de casting pas dramatique néanmoins.

Écrit par : stephane | 04 mai 2011

ah,merde je viens de l'acheter convaincu (en un seul mot) par la bonne dégaine du bouquin et un blogger qui me le comparait plutôt à du Ken Kesey (bon sang,"il faut lire"vol au dessus d'un nid de coucous" excellent de chez excellent malgré l'aura écrasante du film) qu'à du Bukowski,le géant dont les petits sont souvent décevants;deux exceptions cependant à savoir Dan Fante et Pedro Juan Gutierrez!
bref,je verrai bien .
sinon,ça va le Grognard ?

Écrit par : heptanes fraxion | 05 mai 2011

Il faut voir tu aimeras peut-être. Moi j'ai trouvé que l'ensemble manquait d'épaisseur. L'humour de l'auteur est assez fade, ses points de vue sur la vie, les femmes, la normalité ou l'anormalité plutôt convenus. Même pas un livre dérangeant ou subversif : juste les blablas rasoirs d'un beauf assez ordinaire...

Mais si ton avis est différent, ça m'intéresse !

Et le Grognard va bien. Le n°18 est en cours de finalisation. On y causera polémiques surréalistes grâce à la plume mordante de Jean-Pierre Guillon.

Écrit par : stephane | 05 mai 2011

Quel grognon ce grognard ! excellent bouquin ! avais pas lu ça depuis un bail. Très drôle par moment, le chapitre où Ex s'envoi hôtesses de l'air et secrétaires est tout simplement hilarant. Allez Gnargnard…
Par contre, c'est Buko dans la thématique (au moins un peu, je crois) mais pas dans le style, c'est plus constant, Buko m'a saoulé au bout de 2 livres. Pour Kesey, y a de l'idée en effet pour le passage en HP. Mais bon dieu, c'est du tout bon.

Écrit par : Blurb | 06 mai 2011

Bon, alors ça doit venir de moi : parce qu'en ce qui me concerne il y avait longtemps que je ne m'étais pas autant emmerdé en lisant un livre ! (J'ai même largement survolé les 50 dernières pages).

"Hilarant" le chapitre où il s'envoie les hôtesses de l'air ??? "Sympathique", OK "amusant", à la limite, mais "hilarant" ????? Faudra me citer les pages ! Je ne pense pas être complètement dénué du sens de l'humour, mais j'avoue que celui de Fred Exley ne m'a pas sauté aux yeux. Il y a des passages qui font sourire, c'est vrai... Mais "hilarants" !!! Je les cherche encore.

Après, c'est vrai que je ne suis pas particulièrement fan du modèle du génie-maudit. Mais j'ai surtout l'impression que c'est le genre de bouquin que de toute manière il n'est pas permis de trouver "moyen" si on veut être "tendance" (le consensus dont il fait l'objet, de Télérama au Inrocks en passant par le Figaro et Rock & Folk Philosophie Magazine ou Vogue est à ce titre assez suspect).

Je crois que Frederick Exley est génial "par convention" (de la même manière que Jules Renard disait des livres de Gabriele d’Annunzio : « C’est de la poésie comme l’or est un métal précieux : par convention ».

Écrit par : stephane | 06 mai 2011

Ok ok Éric Naulleau sort de ce corps !

Écrit par : Blurb | 06 mai 2011

Ouf ! Dans la catégorie "Eric" j'échappe au moins à "Zemmour"... Avec Naulleau je ne m'en tire pas trop mal !

Écrit par : stephane | 06 mai 2011

Les commentaires sont fermés.