Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2011

LE GROGNARD CHEZ MIRBEAU

img745.jpgPierre Michel parle du Grognard dans le dernier numéro des Cahiers Octave Mirbeau. Un grand merci à lui. Je me permets juste de rectifier un élément, à la fin : le prix du Grognard (10 €) est clairement indiqué au bas de la quatrième de couverture !

Dans le n° 17 de nos Cahiers, Stéphane Beau, responsable éditorial, nous a présenté Le Grognard, revue trimestrielle largement ouverte à tous les vents et à toutes les curiosités et qui se situe délibérément dans le prolongement de Mercure de France, de La Plume, de La Revue Blanche et des revues libertaires fin-de-siècle.

Le n°15 (51 pages), paru en septembre 2010, comporte l’article de Mirbeau sur Ravachol, brièvement présenté par mes soins, une réflexion anti-freudienne de Claude Pérès sur la réalité comme source de jouissance et pas seulement comme un monolithe auquel l’individu doit se soumettre, une nouvelle dialoguée de Rodrigue Véron, « Entre cynisme et naïveté », une contribution sur les beaux jours qui s’ouvrent à la torture et au contrôle orwellien aux Etats-Unis et en Europe, un dialogue cocasse de Nasser sur la starisation de l’homme de la rue par le micro-trottoir en vogue, quelques poèmes en prose et quelques recensions de bouquins.

Le n°16, paru en décembre 2010, est entièrement consacré à Han Ryner, philosophe et romancier individualiste, anti-autoritaire et anarchiste, et c’est C. Arnoult qui le présente comme il se doit, dans une brève mais pédagogique synthèse. C’est lui aussi qui a choisi les textes, difficilement accessibles, qui sont réédités ici. Les uns témoignent de la réflexion de Ryner sur l’individu et sa place dans la société, sur la solidarité et la non-violence révolutionnaire ; les autres sont plus politiques – encore que Ryner, comme Mirbeau, détestât le mot et la chose – et ont été publiés dans Le Journal du peuple en 1922, à une époque où une droite dure et liberticide était déjà au pouvoir.

Curieusement, ces numéros ne comportent aucune indication de prix, aucun formulaire d’abonnement, aucune adresse, ce qui est pousser très loin le désintéressement. Si l’on souhaite néanmoins se procurer absolument la revue, il convient donc d’écrire à revue.le.grognard@gmail.com, ou de s’adresser directement aux Editions du Petit Pavé, B.P 17 – Brissac-Quincé, 49320 Saint-Jean-des-Mauvrets.

Les commentaires sont fermés.