Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 décembre 2010

RETOUR SIMPLE

img586.jpgUne note rapide pour vous signaler la toute fraîche publication de Retour simple, un très beau roman de Stéphane Prat aux éditions Asphodèles (qui, du même auteur, avaient déjà édité l’année dernière un recueil de textes poétiques intitulé L’Ardoise)

 

A mi-chemin entre le polar et le roman psychologique, voire même philosophique, Retour simple est un roman aux multiples facettes qui vous entraînera dans des réflexions et des ruminations allant bien au-delà du déroulé de la simple intrigue.

 

L’histoire ? Elle se passe à Saint-Malo, un soir pluvieux de Noël. On y croise un évêque, une panthère rose, un père Noël philosophe et un mystérieux Maître Eckhart. Et tout ce petit monde nous embarque dans un univers décalé où les humains sont décidément trop humains…

 

Une des belles surprises de cette fin d'année.

 

L’auteur présente son travail ICI.

 

Et pour commander l’ouvrage, passez par LA.

30 décembre 2010

ROSSET ET SES DOUBLES

grognard-14.jpgLe n°14 du Grognard, consacré à Clément Rosset, était épuisé depuis quelques temps et certaines commandes n'avaient pas pu être honorées.

Nous venons d'en refaire un tirage, alors avis aux amateurs !

29 décembre 2010

LE GROGNARD RETOURNE AU LYCEE...

img585.jpgDes élèves du Lycée des Bourdonnières (Nantes) sous la direction de Philippe Ayraud et Marie-Paule Carlier, ont produit toute une série de poèmes et de textes basés sur les principes du lipogramme, des anaphores, des contraintes aléatoires...

 

Leurs productions ont été rassemblées dans un charmant petit volume, Quand les 1PS écrivent, que l’association Le Grognard a eu le plaisir de publier.

28 décembre 2010

LES INACTUALITES DU JOUR...

img589.jpgAujourd’hui, suite des avis de naissances. C’est l’occasion de saluer le merveilleux remarquable travail de deux amoureux des livres aussi discrets que remarquables, autant par leurs publications que par leur gentillesse et leur érudition : Guillaume Zorgbibe (responsable des éditions du Sandre) et Nicolas Leroux (responsable de la revue L’œil bleu).

 

Le premier vient de rééditer, dans un très élégant format à l’italienne, deux textes de Han Ryner : L’individualisme dans l’Antiquité et De Diverses sortes d’individualisme. Ces deux écrits, indispensables pour bien comprendre la portée de la sensibilité individualiste de ce grand oublié de la pensée, sont présentés par notre Grognard de service C. Arnoult. Avec notre numéro de décembre, lui aussi consacré à Han Ryner, et intitulé Comment te bats-tu, on ne peut que se réjouir du retour à l’actualité de ce penseur fin et aux jugements encore très percutants.

 

img588.jpgLe second (Nicolas Leroux, donc) a dernièrement publié le douzième numéro de L’œil bleu (décembre 2010). Signalons, parmi les différents articles proposés un très instructif portrait de « Michel Féline, un oublié du symbolisme » établi par Mikaël Lugan (tiens ! encore un Grognard… Décidément, nous sommes en famille…). Egalement un très bienvenu coup de projecteur sur un autre grand défenseur de l’individualisme en anarchie : Gérard de Lacaze-Duthiers, collaborateur régulier de l’En Dehors où il côtoie… Han Ryner ! Eh oui, eux aussi sont en famille !!!

27 décembre 2010

AUJOURD'HUI C'EST POESIE...

img587.jpgPlein de livres à signaler, en cette fin d’années (des idées cadeaux pour les retardataires) mais guère de temps pour faire de longs discours.

 

Aujourd’hui, c’est poésie, avec deux fraîches parutions qui me permettent au passage de saluer chaleureusement deux maisons d’éditions amies Le Petit Pavé et Le Petit Véhicule.

 

Le premier ouvrage s’intitule Le Chagrin et l’oiseau perdu de Luc Vidal (éditions du Petit Véhicule). Superbe volume relié à la chinoise, évoluant entre rêve et réalité, et magnifiquement illustré par Nicolas Désiré Frisque (dont le trait n’est pas sans rappeler celui de d’Alfred Kubin ou d’Odilon Redon).

 

img591.jpgLe second, signé Jean-Claude Lamatabois, est intitulé Malgré le vent (éditions du Petit Pavé). Au moins deux lecteurs dont j’apprécie les avis (Goulven Le Brech et Michel L’Hostis) m’ont parlé de « chef-d’œuvre » en parlant de ce vaste roman en vers où l’auteur, irradié en 1966 à Mururoa lors d’essais nucléaires, expose avec une grande humanité son tête à tête permanent avec la mort (il a du faire face à six cancers). Je compte sur Goulven ou Michel – ou d’autres – pour venir étayer un peu cette trop lapidaire chronique !

 

La suite demain…

26 décembre 2010

LE GROGNARD MARCHE AU PAS DE L'OIE...

oie plate.JPGL’oie plate (entendez : l’Observatoire Indépendant de l’Edition Pour Les auteurs très Exigeants) nous informe qu’elle vient de publier la version remanier de l’Annuaire des Revues Littéraires (ARLIT). On y trouve la notice suivante, concernant Le Grognard :

 

Sous-titrée « Littérature, Idées, Philosophie, Critique et Débats », la revue Le Grognard place Proudhon en exergue « Nous avons exagéré le superflu, nous n’avons plus le nécessaire » pour proposer une sélection de textes originaux et des trésors oubliés. A la fois revue littéraire et revue d’idées, elle s’inspire de l’esthétisme 1900 et par des revues telles que La Revue Blanche, Le Mercure de France mais aussi par des revues libertaires telles que L’En dehors, L’Unique ou L’Anarchie. Sur le fond, Le Grognard n’a pas de limites. Les seules exigences qu’il s’impose sont la curiosité, l’ouverture d’esprit, le respect des différences et le refus des discours verbeux ou autres jargons branchés. Revue non thématique, chaque livraison donne à lire une douzaine de textes, moitié fictions moitié critiques. Elle est illustrée par des culs-de-lampe et quelques illustrations originales.

 

Lectorat : amateurs de littérature 1900, universitaires, individualistes. Revue moyennement sélective, très ouverte. Auteurs phares : Alain Nadaud, Philippe Corcuff, Michel Volkovitch, Thomas Vinau. Recherche des illustrateurs / dessinateurs.

 

Avis aux auteurs : Le Grognard est une revue qui a du chien avec sa facture à l’ancienne sur papier ivoire et juste ce qui faut de mordant pour n’être pas taxée de revue grincheuse et passéiste. C’est même tout le contraire. Elle fait la liaison dans ses pages entre une modernité qui s’interroge et des passés littéraires sociaux et philosophiques qu’on a tendance à remiser trop rapidement au rayon des vieilleries mais qu’une lecture attentive nous renvoie l’actuelle richesse. La revue reçoit les propositions par courriel de préférence et grogne après certains egos surdimensionnés qui sollicitent une publication sans même avoir pris la peine de lire un numéro.

 

Et pour tout savoir sur cet ARLIT, cliquez ICI.

25 décembre 2010

VIRUS L.I.V.3

virusliv32002.jpgImaginez un monde où les ordinateurs sont interdits et où l’obligation d’aimer les livres est à ce point devenue tyrannique qu’une poignée de résistants se sont organisés pour inventer un procédé qui efface les pages écrites au fur et à mesure qu’on les lit...

 

Cette antithèse parfaite du Coffret, Christian Grenier l’a développée, il y a quelques années de cela dans Virus L.I.V.3 ou la mort des livres, un livre pour enfants que j’ai découvert il y a peu de temps, et où il nous démontre très intelligemment que, derrière le débat des « supports », il y a toujours des débats de « pouvoirs ». Et que c’est ce dernier qui compte.

 

A lire, par curiosité, ou à offrir pour Noël, par exemple, à vos jeunes lecteurs, même s’ils sont déjà mille fois plus habitués que nous à slalomer entre les supports et à passer du micro au livre puis du livre à la « tablette numérique » sans se poser la moindre question !

06:04 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

24 décembre 2010

VIVE LA REPUBLIQUE !

FVQRST01003.jpgPetite devinette pour fêter Noël :

 

Dans une préfecture, un type pète les plombs. Il casse un drapeau français et en jette les morceaux sur un fonctionnaire. Il est jugé et est condamné. Pour quel délit ?

 

Réponse : « Outrage au drapeau français ».

 

Autrement dit, il est plus grave de casser un drapeau que d’agresser un guichetier.

 

Allez, puisque c’est Noël (je me répète), nous vous offrons en bonus le petit conseil du Grognard : si un jour vous pétez les plombs dans une préfecture,  choisissez plutôt de lancer le fonctionnaire sur le drapeau, puisque apparemment il est plus grave de maltraiter le second que le premier…

15 décembre 2010

PHILOSOPHER PAR LA TORGNOLE

img580.jpgAmer n°4 est disponible et a décidé de nous enseigner l'art de la "Philosophie par la torgnole".

 

Chaque livraison de cette étonnante revue est toujours un événement tant les sommaires, la mise en page et l’iconographie sont à chaque fois d’une originalité et d’une qualité impeccables.

 

Le détail de ce n°4 est disponible sur le blog des Petites revues, blog que l’ami Mikaël Lugan, qui ne doit dormir qu’une heure ou deux par nuit, est en train de développer et qui deviendra très probablement une référence dans ce domaine.

14 décembre 2010

CONFRONTATIONS AVEC PALANTE

img578.jpgDans le numéro de juin 2010 de Confrontations, le Bulletin de la société des amis de Louis Guilloux, signalons un article de Yannick pelletier intitulé : « Un Palante peut en cacher un autre ».

 

Pelletier, qui a été le premier – avant Onfray – à se replonger dans l’œuvre de Palante, signe là un article qui n’apprend rien de bien neuf à celles et ceux qui connaissent déjà bien le penseur briochin, mais qui fournira une belle introduction pour celles et ceux qui le découvrent.

 

Notons que, dans cet article, Pelletier a l’intelligence de rappeler que « Palante n’est pas un souvenir d’histoire littéraire » mais bien un individu qui doit être lu et apprécié pour lui-même.

 

Pour plus d’infos sur ce bulletin, cliquez ICI.