Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 novembre 2010

PALANTE / GUILLOUX

1276504520.jpgA lire, en ligne, le chapitre que Sylvie Golvet consacre au lien Guilloux – Palante dans son livre sur Louis Guilloux.

 

Chapitre très bien documenté et instructif, même si la question de l’amitié entre les deux hommes aurait pu être un peu plus approfondie, ainsi que la manière dont Guilloux fait un usage discutable de l’image de son « ami » dans le Sang noir.

 

Mais il faut reconnaître néanmoins à l’auteure cette qualité d’avoir quand même osé égratigner la légendaire « amitié » entre Palante et Guilloux (et c’est tellement rare qu’il convient de le noter) en reprenant un extrait de lettre où ce dernier écrit à Grenier, après la mort de Palante : « Toute l’amitié que j’avais pour lui ne m’empêche pas de condamner sévèrement son geste, où je ne vois que maladie ou folie. Et je ne sais pas si cela ne le diminue pas à mes yeux ».

 

Il ne faut pas oubier cela quand on lit le Sang noir.

 

Sylvie Golvet, « Chapitre X. — Quelque chose à dire sur la société », in Louis Guilloux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (« Interférences »), 2010, p. 259-276.

Commentaires

Merci pour le lien. La lecture de la fin du Sang Noir par Sylvie Golvet, qui tient compte de l'onomastique du roman (François Merlin) est intéressante. j'ai toujours trouvé que les meilleurs pages du Sang Noir étaient celles qui relataient la dernière nuit de Cripure, entre sa lampe à pétrole, son or, son revolver, avec ce Cloporte rôdant autour de la maison, et cette échéance qui s'approche. Guilloux y frôle un fantastique digne d'Hoffmann.
Quant à l'identification de Cripure avec Palante, Guilloux a toujours dit que ce personnage était né de sa relation avec Palante, et qu'il n'était pas Palante.
Et ce que dit S.G. de sa "déception" devant le vieux maître est sans aucun doute exact

Écrit par : solko | 10 novembre 2010

D'une manière générale, je pense important de mettre en question les images saintes des "belles amitiés" de Guilloux (et d'autres).

Écrit par : Sylvie Golvet | 24 novembre 2010

Merci pour votre commentaire et pour votre passage sur notre blog.

Remettre en cause l'image sainte de Guilloux ! Vous allez vous mettre à dos un bon paquet de Saint-Guilloutistes acharnés qui considèrent que la moindre égratignure faite à leur idole est un crime de lèse majesté !!!

Alors que Guilloux, au contraire, comme tout un chacun, aurait tout à gagner à une étude plus subtile mettant en avant ses qualités, son talent, mais aussi ses doutes, ses zones d'ombres... Bref, le portrait d'un humain, quoi !

Écrit par : stephane | 24 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.