Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2010

MADAME L'AMBASSADRICE...

sac-poubelle-2-300x300.jpgIl y a quelques jours, j’ai eu besoin de contacter la responsable du service de ramassage des ordures qui intervient sur ma commune.

 

- Allo... je voudrais parler à la personne qui s’occupe des bacs à ordures, s’il vous plait...

- Oui, bien sûr... Je vous mets en relation avec notre ambassadrice de tri.

 

« Ambassadrice de tri » ! C’est sûr que ça a plus de gueule qu’éboueur en chef !

 

Drôle d’époque...

29 septembre 2010

L'HOSTIS & PARVILLE...

Le 27 septembre au soir, les éditions du Petit Véhicule organisaient à la salle Vasse, à Nantes, une soirée poétique. La séance était dirigée par un Luc Vidal en pleine forme et voyait se succéder cinq poètes et auteurs de factures très différentes, mais tous aussi attachants les uns que les autres. Outre Roger Wallet, dont je reparlerai bientôt, et qui est le héros principal du n°5 de la revue Incognita, j’ai eu le plaisir d’écouter deux autres poètes que j’ai envie de signaler ici.

img490.jpgLe premier, Michel L’Hostis, n’était pas un inconnu pour moi. Déjà auteur d’un délicat recueil publié chez Gros texte, il récidive cette année avec Chœur des contraires (suivi de Langue du poème). On retrouve dans ce nouveau volume tout ce qui fait le charme de sa poésie : une fragilité teintée d’humour désabusé, un sens aigu de la formule, et des aphorismes qui font mouche : « Tombé au fond du puits, on veut être le ciel ouvert à cet instant précis », mais aussi : « Il y a beaucoup de nos humeurs dans les liqueurs qu’on avale », ou enfin : « Quand vous randonnez c’est souvent sur vos souvenirs que marchent vos pieds ».

img489.jpgLe second poète repéré lors de cette soirée s’appelle Grégoire Parville. Drôle de loustic, que l’on ne peut pas ne pas comparer à Rimbaud ou à Corbière. Sorte de sale gosse encore parasité par les poses de l’adolescence et déjà capable de fulgurances à couper le souffle. Bref, un branleur de génie qu’il faudra surveiller de près. Quelques extraits de ses Poèmes crochus ? Ces trois vers, pour commencer :

La vie n’est faite que pour la jeunesse,
La vie n’est faite que pour les anarchistes,
Ceux qui se rangent ont vécu trop longtemps.

Ou ce très villonesque « Poète pendu » :

Le poète pendu admire la foule
La muse sanglote, la mère se saoule
La corde brûlante qui souriait au peuplier
l’a tué
Ici ou à côté du petit soir d’été
« Ah ! Quelle joie inexpliquée de voir ainsi foule pleurer ! »
Le léger sanglot, lui, n’est pas prisonnier,
Il glisse sur la corde comme l’âme du condamné,
Il tombe sur le sol comme l’espoir était tombé,
« Pleurez ! foule, pleurez comme j’ai pleuré !
Souffrez, foule, souffrez, souffrez ! »
Les pieds au vent je sors du moule
Et de mon cœur ficelle-ennui se déroule. 

Les deux livres, élégamment reliés à la chinoise, peuvent être commandés directement auprès des éditions du Petit Véhicule.

28 septembre 2010

QUELQUES MEMBRES DE L'EQUIPAGE...

015963153456.pngPetite balade, samedi 25 septembre 2010, à l'Equipage, Café librairie de Bouaye (44). Une rencontre auteurs/lecteurs y était organisée.

 

Bonne occasion pour présenter Le grognard et Le Coffret, mais opportunité, aussi, de faire quelques agréables rencontres.

 

Parmi celles-ci : Philippe Ayraud, un voisin du Grognard, qui présentait (entre autres) un très alléchant recueil de nouvelles, Des Cadavres dans les placards (éditions Ex Aequo).

 

couvicm-16340-5c97b-aa135.jpgIdem pour Ronan Cheviller, auteur d'un texte foisonnant et décalé, à mi-chemin entre le récit et le Théâtre : L'Illustre contre monde. L'ouvrage est édité à Rezé (44) Par les très déjantées éditions de la criée.

 

Deux livres dont je reparlerai peut-être plus en détail une fois leur lecture achevée, si j'en ai le temps, ici ou ailleurs !

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

27 septembre 2010

LE LUNDI EN MUSIQUE...

Découvrez « Même mon cancer », le nouveau clip du Manque, le groupe auquel collabore Christophe Esnault : Spielberg n’a plus qu’à bien se tenir, car la relève est là !

26 septembre 2010

DRACK SUR JAZZ RADIO

jazz radio.JPGLa chronique de Paul Maugendre, rédigée à l'occasion de la publication de Chair fraîche, sur le pavé de Paname, par Maurice Drack (éd. du Petit Pavé) , reprise sur Jazz Radio.

C'est ICI.

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

25 septembre 2010

MAURICE DRACK EST SUR K-LIBRE

klibre.JPG

Serge Perraud publie sur K-Libre un long et élogieux article à Chair fraîche, sur le pavé de Paname de Maurice Drack, (éditions du Petit pavé). Un grand merci à lui.

 

C’est ICI.

06:00 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

23 septembre 2010

ELEMENTAIRE MON CHER FREDERIC

photoelem52.jpgDans le n° 136 de la revue Eléments (juillet-septembre 2010), Ludovic Maubreuil propose une très belle analyse de Motus, le recueil de nouvelles de Frédéric Saenen (numéro 13 du Grognard)

Le texte, ci-dessous, histoire de motiver les éventuels acheteurs encore hésitants :

 

C’est avec une certaine jubilation que nous avons découvert les nouvelles de Frédéric Saenen, dont nous connaissions déjà le conséquent travail de critique littéraire – à Cancer ?, au Magazine des livres, à Jibrile –, mais aussi à l’alacrité de plume (le magnifique texte paru en 2006 dans la revue Tsimtsoûm, « L’être et le néon », sous-titré « Géographie des putains »). Volontiers polyphoniques, mêlant adroitement voix intérieures, déclarations d’intention, phrases toutes faites, descriptions faussement neutres et vrais dialogues de sourds, à la fois glaçantes et drôles (leur désespoir étant de ce fait toujours d’une politesse extrême), ces histoires sardoniques à la lisière de l’anticipation, nous parlent bien d’aujourd’hui, autrement dit des compromis et des fausses gloires, du ressentiment et de l’exil des inadaptés héroïques aux réseaux sociaux, aux galas aux déflorations, tristes sires qui ne peuvent qu’être regardés avec méfiance par les tribus enthousiastes. Les différents narrateurs de ces six nouvelles refusent en effet de jouer le jeu, de passer leur temps à l’affiner, de se laisser gober par « l’hydre du fun », et c’est par la poésie ou la cruauté, l’œuvre d’art ultime ou le stratagème malicieux, qu’ils retournent à l’envoyeur les flèches empoisonnées des communicants. Voir ces derniers pris au piège de l’incompréhension est une jouissance bien rare dans la littérature contemporaine, or c’est ici toute une galerie de salauds bien dans l’air du temps qui en prennent pour leur grade : « piranha métrosexuel » en proie au doute, « crapule managériale » soudain vacillante, représentants divers de l’engeance « qui pue la belle vie facile, sans trop de questions, épicurienne, carpediemiste au sens vulgaire, hollywoodien du terme s’entend », brutalement soumis à la misère du corps ou de l’esprit... Malades d’époque trop saine, les héros de Saenen osent cultiver le secret et le silence dans un monde qui aboie; Ils appartiennent bien au « prolétariat Intellectuel » théorisé par Raymond Abellio, souffrant de l’acculturation et de l’érotisme de masse, du paraître-roi, des « failles de l’imposture communicationnelle pour reprendre les propres mots de l’auteur détaillant ses intentions en avant-propos. Comme Gilles dans « Ciel de lit », le premier récit du recueil et le plus beau sans doute, ils ont fini mélancoliquement par atteindre cette « dimension supérieure du cours des choses qui n’admet plus la soumission totale, mais qui cependant n’a rien du terrain d’exercice d’une liberté illimitée ». Traitant de la monstruosité du temps et de l’immaturité de ceux qui s’y trouvent enserrés comme de ceux qui s’y confrontent, ces fables à la mécanique redoutable sont à rapprocher sans hésitation de celles du brillant conteur qu’était Roald Dahl.

Ludovic Maubreuil

22 septembre 2010

LES HASARDS DE LA PUB

pub hasard.JPG

Quand le hasard fait bien les choses !

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

21 septembre 2010

LE GROGNARD A L'ABORDAGE...

equipage.JPGLe samedi 25 septembre je ferai une halte à la librairie associative L’Équipage, à Bouaye (2, rue de Pornic) pour présenter Le Grognard et Le Coffret, mais aussi pour papoter avec d’autres auteurs et lecteurs...

Avis aux amateurs qui souhaiteraient profiter de l'occasion pour en apprendre un peu plus sur la revue ou sur mon roman.

20 septembre 2010

ADEN N°9

portrait-nizan1.jpgLe n°9 de la revue ADEN, revue consacrée à Nizan et à son époque, est disponible.

Son titre : Intellectuels, écrivains et journalistes, aux côtes de la république espagnole (1936-1939) [2e vol.].

Et une fois de plus, le sommaire est on ne peut plus copieux !

Tous les détails ICI.