Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2010

X COMME... XERES

femme.JPG

X comme… XERES

 

LE NOUVEL AMOUR

Vous n'êtes pas dehors, et vous êtes redevenue timide. Je la connais, votre timidité d'apparat, je sais les grandes déterminations qu'elle cache ou plutôt qui la rompent soudainement.

 

Encore un peu de Xérès, pour vous donner l'idée du soleil qu'il fait en Andalousie. Un peu de Xérès, un dernier baiser, sans défaire votre rouge. Je voudrais vous aimer toujours.

 

Si je vous l'avouais à présent, que je vous aime bien, vous me croiriez. Et il y a un certain amour dont je suis peut-être incapable, un amour d'entière donaison.

 

Le désir et l'amitié m'enchantent pourtant. Et que les deux agréments se joignent, ou que l'amitié naisse du désir comblé, deux créatures auront mis la main sur un grand bonheur.

 

« Cette espèce bizarre de créatures qu'on appelle le genre humain… » Je cite Fontenelle, dans la Pluralité des Mondes.

 

Je voudrais t'avoir connue il y a longtemps, je voudrais que nous eussions l'un de l'autre des souvenirs d'enfance, petite fille, les mêmes souvenirs.

 

Le nouvel amour, 1925
Eugène Marsan

Les commentaires sont fermés.