Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 février 2010

PEUT-ETRE A MINUIT...

mail.jpgJean-Baptiste Pedini, dont nous avons publié « l’homme canon » dans le n°12 du Grognard nous informe de la parution, chez -36° édition de Peut-être à minuit.

 

Le mot de l’éditeur :

 

« Jean-Baptiste Pedini (no. 36) erre dans la ville, la nuit, et se trouve pris dans le tourbillon d'un tambour de machine à laver. D'essorages en rinçages, les murs, les trottoirs, les passants restent muets de ces lessivages, puis tout recommence dans l'amnésie générale du temps qui passe. »

Les commentaires sont fermés.