Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 janvier 2010

Q COMME... QUENOUILLE

En septembre 2009, nous avons entamé, sur le blog collectif de la tempête dans un encrier, un ABECEDAIRE ANACHRONIQUE ET INUTILE.
Le blog de la Tempête ayant cessé son activité, nous poursuivons ici le déroulé de notre abécédaire.
Pour découvrir (ou redécouvrir) les précédentes lettres, rendez-vous ICI.
*
quenouille.JPG

Q comme… QUENOUILLE

 

 

LA QUENOUILLE

 

Pour tout le jour ma mère m’a enfermée au gynécée, avec mes sœurs que je n’aime pas et qui parlent entre elles à voix basse. Moi, dans un petit coin, je file ma quenouille.

 

Quenouille, puisque je suis seule avec toi, c’est à toi que je vais parler. Avec ta perruque de laine blanche tu es comme une vieille femme. Écoute-moi.

 

Si je le pouvais, je ne serais pas ici, assise dans l’ombre du mur et filant avec ennui : je serais couchée dans les violettes sur les pentes du tauros.

 

Comme il est plus pauvre que moi, ma mère ne veut pas qu’il m’épouse. Et pourtant, je te le dis : ou je ne verrai pas le jour des noces, ou ce sera lui qui me fera passer le seuil.

 

Les chansons de Bilitis, 1898

Traduites du grec par Pierre Louys

Les commentaires sont fermés.