Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 décembre 2009

LE GROGNARD SUR FACEBOOK

facebook.jpgLe Grognard vient de se lancer sur Facebook… Et il a déjà plein d’amis ! Magique, non, pour une revue qui prône l’individualisme !

 

Bon, j’avoue que ce support me laisse encore un peu (beaucoup) perplexe… Tout le monde s’y presse pour solliciter l’autorisation d’être compté parmi les amis des amis de mes amis… Mais au-delà ? Je n’arrive pas à me faire une réelle opinion sur ce sujet.

 

Et vous, chers amis lecteurs qui utilisez peut-être ce réseau et qui y trouvez peut-être un intérêt, que pensez vous de Facebook ? Vos lumières sont les bienvenues.

 

 

 

Commentaires

Facebook a autant de défauts que de qualités. Il suffit de bien s'en servir. Sous un tas de pubs, jeux, sondages idiots et divers se cache un assez bon moyen de rester en contacts avec des gens que l'on apprécie et de découvrir de petites communautés de passionnés, parfois dans des domaines que l'on croyait être le seul à fréquenter ou presque !

Écrit par : Joaquim Hock | 23 décembre 2009

Merci pour cet avis. Et ton livre, quand aurons nous le plaisir de le lire ? Il ne devrait plus tarder à voir le jour maintenant ?

Écrit par : stephane | 23 décembre 2009

Facebook, je lui dois mes meilleures rencontres réelles de l'année ! Il faut juste refuser ou éloigner les importuns, cibler sur ses propres centres d'intérêt et ça marche vraiment !

Écrit par : Françoise Granger | 23 décembre 2009

Je trouve Facebook futile et décevant. Je m'en sers uniquement pour faire connaitre les éditions Le Pont du Change et pour faire des invitations sur des événements littéraires. Avec près de 800 amis, cela ne m'a pas fait vendre un seul livre et j'ai récolté des manuscrits sans intérêt...
J'ai perdu mes illusions sur le virtuel et redécouvert que seul le contact direct (librairies, salons, lectures...) est productif.

Écrit par : Nuel | 23 décembre 2009

Mon livre devrait paraître à une date encore indéterminée du début de l'année prochaine. L'éditeur est occupé à relire le manuscrit j'ai effectué les dernières corrections.

Écrit par : Joaquim Hock | 23 décembre 2009

Connais pas... Enfin, que de face, pas de book...
A priori, ne m'a jamais rien dit qui vaille.

Écrit par : solko | 23 décembre 2009

J'étais comme toi, Solko, il y a encore seulement quelques jours... d'ailleurs, je ne suis pas persuadé d'être beaucoup plus avancé en fait !

Jean-Jacques, j'ai bien peur d'en arriver aux mêmes conclusions que toi d'ici peu... Nous verrons bien.

Heureusement que Joaquim et Françoise Granger sont là pour apporter un peu de positif !!!

Écrit par : stephane | 23 décembre 2009

Bonjour,

Je fais partie des nouveaux amis de Facebook que vous ne connaissez pas. Pour ce qui me concerne j'ai été encouragé à m'y mettre par certains de mes collègues de travail, n'étant pour ma part absolument pas intéressé par ce type de support. Ma première impression fut d'une sorte de foire à l'ego, de concours de narcissisme, les jeunes gens, plus habitués que nous à ce genre de média, posant sur leurs photos de profils, qui torse nu pour les hommes (de manière à exhiber leur puissante plastique), qui pour les femmes affichant un décolleté vertigineux, apparemment grande arme de séduction. J'ai choisi, ce qui n'est sans doute pas la solution idéale, de faire un profil "mixte", avec ma famille (pour l'essentiel en Angleterre, ou en Espagne pour les heureux retraités anglais qui disposent de quelques sous), mes collègues, ainsi que différents pouets et autres personnes officiant dans la littérature. Après avoir désactivé mon compte (qu'on ne peut supprimer totalement, soit dit en passant) parce que j'estimais l'engin particulièrement inutile, et pire, véritablement addictif, je l'ai à nouveau activé. Avec des sentiments plus mitigés. Le grand avantage de ce type de solution informatique est d'avoir un support unique permettant d'avoir des informations en grand nombre de provenances, il suffit de constituer des listes sur son profil pour s'y retrouver, c'est une bonne manière de savoir ce que font les uns et les autres, aussi bien les revuistes que la frangine qui vit au fin fond de l'Englishland. Maintenant, il est certain que le terme d'ami utilisé devrait sans doute être remplacé par le terme de contact, qui serait plus pertinent : j'ai parmi mes "amis" des gens comme vous que je ne connais absolument pas (mais, puisque Le Grognard peut désormais s'acheter sur Amazon, j'ai fait une bonne résolution de la nouvelle année d'acheter les publications), l'avantage étant d'avoir parmi les données du profil une adresse internet qui renvoie à davantage d'informations, ce qui est bien la grosse qualité, ainsi que le défaut, de l'internet, pouvoir passer d'une source à une autre de manière à avoir des informations plus riches, avec l'inconvénient de s'y paumer à un moment ou à un autre.
Je n'ai pas de conclusion, véritablement, à donner, il me semble que Jean-Jacques se trompe s'il croit véritablement que multiplier les contacts lui permettra de vendre des livres, la plupart de ses contacts ayant probablement la même motivation que lui, le média reste, puisque j'ai utilisé le terme un certain nombre de fois, d'informations, et accorde aussi de garder des liens ténus avec des personnes que l'on a côtoyées, en ce qui me concerne André-François Ruaud (dont j'ai découvert récemment, avec fascination, qu'il n'avait plus d'aquarium chez lui) qui dirige Les Moutons électriques, ou Philippe Marlin, qui lui dirige L'œil du sphinx, et dont je ne partagerai décidément jamais le goût pour l'ésotérisme (comme lui ne partagera sans doute jamais mon goût pour les vieux bistrots pourris). Ce n'est rien de plus, et certainement pas un outil de marketing. Quant aux échanges, comme souvent sur internet, ils restent bien souvent liés à l'immédiateté, ce qui par ailleurs me dédouane des éventuelles critiques adressées à ce post.

Bises à tout le monde et plein de meilleurs sentiments de tout le monde entier.

Écrit par : Bardeau Jan | 04 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.