Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2009

Livres en feu...

9782070399215.jpg« Un conquérant n'a pas d'imagination, sinon il resterait chez lui. »

Petite phrase tirée de Livres en feu, de Lucien X. Polastron, ouvrage aussi érudit que pétillant de malice, relatant l'histoire de la destruction sans fin des bibliothèques.

Un grand merci à Goulven qui m'a signalé cette lecture.

Livres en feu, Lucien X. Polastron, Folio Essai, 2009

25 novembre 2009

C'est déjà Noël au Petit Pavé

noelivre-2009.jpgDimanche 13 Décembre, le Petit Pavé ouvrira le deuxième chapitre de Noëlivre. Après le succès de 2008, l'événement est reconduit cette année.

Pour l'occasion, toujours la présence de nombreux auteurs en dédicace (romans, régionalisme, poésie, jeunesse, etc.) et la découverte de nouveaux titres (la sortie de Chienne de Vie de Sylvie Cognard). Et des nouveautés pour 2009, avec la présence d'une exposition sur la Loire par José Saudubois, photographe ; mais aussi quelques surprises que l'on garde secrètes.

Bref un événement convivial, auquel nous vous espérons nombreux.

NoeLivre,
dimanche 13 décembre 2009, de 10H à 19H,
salle Odile d'Ollone (place de la mairie)
à Saint-Jean des Mauvrets.

15:13 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

24 novembre 2009

Quelques coups de coeur...

album_loup_pour_l_autre.jpgCe qu’il y a de bien, dans les salons, c’est qu’outre le fait que l’on peut y faire l’article de nos propres productions, nous y faisons régulièrement de belles rencontres. C’est ainsi que je suis revenu cette année du salon de Thouaré-sur-Loire avec l’envie de signaler trois coups de cœur.

 

Le premier concerne un bluesman, chantant sous le nom de Grigri Blue. Un son de guitare absolument organique, un timbre de voix rauque et grave qui donne à ses chansons des tonalités d’oracles. Une musique à mi chemin entre la chanson contestataire française et le blues le plus roots. On a même le plaisir de retrouver sur un des titres de son dernier album (Loup pour l’autre) la guitare de Philippe Ménard, indétrônable icône du blues nantais. Bref, un album qui ne peut pas laisser insensible et dont on peut écouter quelques titres ICI.

 

loiseau.JPGAutre rencontre, autre univers. Parmi les participants du salon, j’ai eu le plaisir de croiser Stéphane Loiseau qui vient de publier aux éditions Les 2 Encres un premier roman Une Bulle de verre dans l’or noir, qu’il décrit lui-même comme mettant en scène, sous la forme d’un récit d’aventure, l’éternel combat entre l’individu et la société. Vous pensez bien que, présentée ainsi, la chose ne pouvait que m’intéresser !

 

Tous les détails sur ce livre (et accessoirement sur les éditions Les 2 Encres) ICI.

 

388.jpgEt pour finir, un prix spécial pour les éditions du Petit véhicule qui, contre vent et marée, continuent de publier de petits joyaux magnifiquement reliés à la chinoise. Parmi leurs dernières productions : Rue du Palindorme, de Pascal Bouchet :

 

Quatrième de couverture :

« Savoir comment et pourquoi dans cette infime partie du monde, toutes les communications s’étaient interrompues, et presque toute vie disparue… » Magnifique défi lancé à Maxime Phébus, explorateur qui n’est pas sans nous rappeler l’extravagant professeur Lidenbrock du Voyage au centre de la terre de Jules Verne, ou encore le fantasque baron de Münchhausen. Hélas, le plan de la cité disparue de Sémiopolis se révèle une chausse-trappe où chutent, à qui mieux-mieux dans le ridicule, les professeurs pédants et pseudo-savants qui accompagnent Maxime Phébus dans sa quête. […] Pascal Bouchet utilise un fatras de trouvailles humoristiques qui mettent en relation les mots et les images. […] Ces éléments iconographiques et linguistiques mis bout à bout d’une manière faussement approximative, dessinent une fiction au pays du langage, des lettres, des mots et des figures de style.

 

Plus de détails ICI .

17:11 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

Les promenades de Pierrick...

img003.jpgPierrick Hamelin a publié, il y a peu de temps, un très bon livre intitulé Promenades Philosophiques (éditions Les Perséides), livre dans lequel il met en scène des dialogues imaginaires avec des personnalités telles que Schopenhauer, Powys ou… Jules de Gaultier.

 

Il dédicacera son ouvrage à la librairie Coiffard, à Nantes le samedi 28 novembre, à partir de 15h30.

 

Tous les détails en cliquant sur l’image !

09:14 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

19 novembre 2009

Le Magazine des Livres

mdl20-couvhdef.jpgLe Magazine des livres n° 20 est dans les kiosques. Avec, en plat principal, une très riche étude sur les écrivains de la collaboration signée Frédéric Saenen.

 

On y trouve une analyse très circonstanciée du Coffret, signée par Marc Villemain. 

 

06:02 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (4)

18 novembre 2009

Le Cinquième Evangile - Han Ryner

ryner.jpg

Les éditions Théolib viennent  de  republier  le Cinquième Évangile de Han Ryner, et c'est. C. Arnoult, grand spécialiste de la question, qui signe la postface de cette réédition.

J'admets avoir eu une petite hésitation avant de me plonger dans la lecture de ce bouquin. Les évangiles, mêmes anarchistes, quand même, ce n’est pas trop ma tasse de thé... Et édités en plus par des éditions qui ne cachent pas leur étiquette théologique...

Et pourtant, je ne regrette pas ma lecture car le portrait de Jésus que nous dresse Han Ryner, un Jésus complètement dépouillé de tous ses « gadgets » miraculeux constitue un personnage d'une grande intensité et d'une grande véracité. Ce Messie, qui passe tout son temps à refuser l'étiquette de Christ, est incroyablement humain. Et quand il meurt finalement (enfin, il meurt… oui et non… Han Ryner s’en tire plutôt habilement sur ce point là) il apparaît complètement désabusé, persuadé que son discours (invitant les hommes à se débarrasser de toutes leurs haines et de tous leurs mensonges, aussi bien intimes que sociaux) n’a pas été entendu, même par ses plus proches disciples qui transmettront, il en est sûr, une version totalement erronée de son message.

 

Ajoutons que l'ensemble est écrit dans une langue parfaite, ce qui n'est pas négligeable !

 

Le mot de l’éditeur :

Libre-penseur et libertaire, Han Ryner (1861-1938) fut un écrivain de génie. On lui doit notamment un livre, Le cinquième évangile, qui a la forme d’une paraphrase, mais est en fait une réappropriation tout à fait remarquable des évangiles. S’il ne s’agit en aucun cas d’être ici fidèle à l’histoire, et moins encore de faire œuvre d’exégète, Ryner ne renoue-t-il pas pour autant avec le souffle profond de l’Évangile ? Tel fut du moins l’avis des libéraux, notamment Étienne Giran, qui non seulement en fit un éloge, mais le prêcha lors de cultes dominicaux… Nous en donnons ici deux extraits.

Le livre se commande directement auprès de l’éditeur.

17 novembre 2009

Little Man, Thomas Vinau...

little+man+couv+couleur.jpg

De la même manière que les mouettes suivent le bateau de pêcheur qu’elles savent être débordant de bons poissons, les éditions asphodèles ont choisi de vivre dans le sillage du Grognard. Et après tout, pourquoi pas ? On ne va pas leur reprocher d’avoir bon goût !

C’est ainsi qu’après Stéphane Prat et sa très originale Ardoise, c’est au tour de Thomas Vinau, autre habitué du Grognard, d’inscrire son nom au catalogue de cette jeune maison d’édition, en publiant un très élégant recueil de poèmes : Little Man. On y retrouve tout ce qui fait le charme habituel des écrits de ce délicat poète, ce mélange de sérénité et d’inquiétude qui le caractérise, ce grand écart entre l’infiniment grand et l’infiniment petit... Bref, du bon Vinau !

A commander illico (ICI) et à consommer sans modération.

16 novembre 2009

Ecoute s'il neige...

image001.jpgDans le droit prolongement du long et passionnant débat qui s’est développé ces derniers jours sur le blog du Grognard, je fais avec plaisir suivre l'annonce de cette actualité que m’adresse Pascale Arguedas :

 

« Le samedi 21 novembre à 16h, j’anime une rencontre littéraire pour la Bibliothèque Sonore d’Orsay avec Cathie Barreau autour de son dernier et magnifique roman Écoute s’il neige, éditions Laurence Teper, mai 2009.

 

J’ai enregistré ce roman sur CD, il a été écouté par l’auteur puis dupliqué avec son accord en 12 exemplaires et a circulé plusieurs mois au sein de l’association des BS de France (jusqu’à Lyon, Lille...). Il a gagné de nombreux lecteurs...

 

Cathie Barreau nous offrira un cadeau : elle lira à voix haute un long passage de son roman (remarquez la belle couverture avec un tableau de Hooper).

 

La librairie Liragif est également partenaire de cette rencontre qui se terminera par une collation amicale et une séance dédicace.

 

Vous êtes cordialement invités à nous rejoindre à la Salle Jacques Tati, en face du cinéma, La Bouvèche, 91 400 Orsay. Entrée libre, 200 places assises. Ce sera un grand moment, soyez-en ! »

11:54 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (1)

13 novembre 2009

Chroniques polonaises...

arton279.jpgBertrand Redonnet, capitaine en chef du blog la Tempête dans un encrier, qui sera au sommaire du prochain Grognard, vient de faire paraître chez publie.net un livre numérique intitulé Polska B Dzisiaj.

Le mot de François Bon, l’éditeur :

Français des pays de l’Ouest, Bertrand Redonnet vit en Pologne. A l’écart, dans un village.

La langue évidemment résonne plus fort. La sienne, comme ces mots qu’on entend, qu’on apprend à pratiquer. On est attentif aux lieux, aux visages.

Mais la Pologne, pays si souvent et longtemps bouleversé, est aussi un révélateur. C’est notre expérience d’ici qu’il convoque, dans cette proximité des étymologies, des pratiques, des déplacements, le rapport à la ville.

Et comment, en Pologne, échapper à l’histoire ? Des barbelés sur la neige. La catastrophe majeure a laissé des plaies vivantes, dont eux s’accommodent, ou bien qu’ils affrontent, ou contournent. Qu’est-ce que cela révèle de notre propre rapport à l’histoire d’un siècle ?

Bertrand Redonnet nous y emmène en observateur sensible, sans donner de leçon, plutôt en partage d’expérience, et c’est la langue qu’on scrute, derrière les visages de rencontre.

A la fois une chronique d’exil (le mot repris en titre de ce très beau blog que nous sommes nombreux à suivre, L’exil des mots, et une dérive vivante, une balade, où on ne s’étonnera pas de croiser, parmi bien d’autres pistes, Andreas Stasiuk.

Ce récit devient alors un parfait symétrique de Chez Bonclou, où l’appui sur la Pologne servait à Bertrand Redonnet de base d’observation, de retour amont, pour notre spécificité atlantique. On trouvera sur la page Chez Bonclou d’autres renseignements sur l’auteur. 

Littérature et internet...

Magazine des Livres, 20_2.jpg

Le blog du Magazine des livres vient de mettre en ligne un long entretien entre Marc Villemain et Éric Bonnargent (alias Bartleby) consacré au lien entre littérature et internet.

 

Dialogue passionnant qui, malgré les réels efforts mis en œuvre par les deux interlocuteurs pour se comprendre, ne fait que confirmer l’importance de la rupture qui existe depuis toujours entre deux approches de la littérature : l’approche élitiste et l’approche populaire. D’un côté, ceux qui tracent une frontière nette entre les bons écrivains et les mauvais, les bons livres et les mauvais, les bons lecteurs et les mauvais, les bons critiques et les mauvais, les bons éditeurs et les mauvais, les bons bloggeurs et les mauvais etc. ; de l’autre, ceux qui se refusent à trancher dans le vif, qui préfèrent jouer la carte de la diversité plutôt que celle de l’opposition, et qui mettent en avant le caractère subjectif et discutable d’une telle dichotomie.

 

Deux positions inébranlables, hélas, deux visions des choses qui, de toute manière s’excluent. Pour ma part je me sens beaucoup plus en phase avec l’approche de Marc Villemain qui me paraît être plus humaine, plus compréhensive, plus subtile et plus respectueuse de chacun. Mais je sais aussi que l’intransigeance d’Éric Bonnargent en ravira beaucoup d’autres (à commencer par tous ceux qui considèrent qu’ils font eux même partie, bien sûr, de cette élite intellectuelle qu’il encense)

 

C’est à lire ICI.

17:10 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (39)