Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2009

Chroniques polonaises...

arton279.jpgBertrand Redonnet, capitaine en chef du blog la Tempête dans un encrier, qui sera au sommaire du prochain Grognard, vient de faire paraître chez publie.net un livre numérique intitulé Polska B Dzisiaj.

Le mot de François Bon, l’éditeur :

Français des pays de l’Ouest, Bertrand Redonnet vit en Pologne. A l’écart, dans un village.

La langue évidemment résonne plus fort. La sienne, comme ces mots qu’on entend, qu’on apprend à pratiquer. On est attentif aux lieux, aux visages.

Mais la Pologne, pays si souvent et longtemps bouleversé, est aussi un révélateur. C’est notre expérience d’ici qu’il convoque, dans cette proximité des étymologies, des pratiques, des déplacements, le rapport à la ville.

Et comment, en Pologne, échapper à l’histoire ? Des barbelés sur la neige. La catastrophe majeure a laissé des plaies vivantes, dont eux s’accommodent, ou bien qu’ils affrontent, ou contournent. Qu’est-ce que cela révèle de notre propre rapport à l’histoire d’un siècle ?

Bertrand Redonnet nous y emmène en observateur sensible, sans donner de leçon, plutôt en partage d’expérience, et c’est la langue qu’on scrute, derrière les visages de rencontre.

A la fois une chronique d’exil (le mot repris en titre de ce très beau blog que nous sommes nombreux à suivre, L’exil des mots, et une dérive vivante, une balade, où on ne s’étonnera pas de croiser, parmi bien d’autres pistes, Andreas Stasiuk.

Ce récit devient alors un parfait symétrique de Chez Bonclou, où l’appui sur la Pologne servait à Bertrand Redonnet de base d’observation, de retour amont, pour notre spécificité atlantique. On trouvera sur la page Chez Bonclou d’autres renseignements sur l’auteur. 

Commentaires

J'aime beaucoup lire Andrzej Stasiuk. Une amie polonaise m'a déjà dit beaucoup de bien, plusieurs fois, de son dernier livre traduit en français. Dans ton annonce, le papier lié au nom de l'auteur donne, lui aussi, envie de l'acheter, je le fais remonter dans ma pile, trop longue... Par contre, il n'évoque pas "Lhiver", paru aux éditions Noir sur Blanc, qui est mon préféré pour l'instant ; ça peut évoluer puisque je suis loin d'avoir tout lu de lui.
Depuis quelques mois je suis plongée dans un pavé de 600 pages écrit en tout petit, le journal d'un autre polonais passionnant, Andrzej Bobkowski, aussi conseillé par mon amie polonaise.

Écrit par : Pascale | 16 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.