Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 septembre 2009

Le Coffret, Stéphane Beau

le-coffret.jpg

Après bien des péripéties, liées à une sélection parmi les 4 finalistes d’un concours organisé – puis finalement abandonné – par Plon, mon premier roman, Le Coffret – À l’aube de la dictature universelle, est enfin paru, aux éditions du Petit Pavé.

Très prochainement disponible chez tous les bons libraires, vous pouvez d’ores et déjà l’acheter directement auprès de l’éditeur !

Résumé
« La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres » écrivait Mallarmé qui, paradoxalement, ne connaissait pas sa chance. Nathanaël Crill, lui, n’a jamais lu de livres pour la simple et bonne raison que ces derniers ont été interdits depuis de nombreuses années. Principe de précaution avaient expliqué les législateurs de l’époque. Fumer, boire, copuler et penser : ce n’est pas bon pour la santé ! Nathanaël avait toujours trouvé cela plutôt logique jusqu’au jour où une bouleversante découverte était venue troubler le cours de sa vie…

Juillet 2009
ISBN : 978-2-84712-217-6
148 pages - Format : 14,5x21cm
15 €uros

Commentaires

Nathanaël Crill n'était donc pas au bout de ses aventures...

Quelle couverture!
Beau Coffret, Stéphane (je devais bien m'y laisser aller au moins une fois...)

Et je suis sûr que tu vas nous dénicher des tas d'autres brûlots inactuels ou cahiers de sable, dans ce grenier insoumis...

Écrit par : Stéphane Prat | 13 août 2009

miam !

Écrit par : thoams | 13 août 2009

Eh bien bravo, je suis content que tout cela trouve une (juste) conclusion. Je te lirai avec curiosité, compte sur moi. Marc

Écrit par : Marc V. | 23 août 2009

Merci pour vos encouragements... En espérant que quelques lecteurs prendront plaisir à lire ce petit conte philosophique

Écrit par : stephane | 24 août 2009

OUI! chez nous on est plusieurs...et même nombreux à savoir lire depuis quelques temps!Agla

Écrit par : aglaé | 30 août 2009

Comment ne pas partager ce roman d'anticipation ou conte philosophique (pas tant surréaliste que ça, hélas) lorsqu'on y lit ceci:

"[...] la quête de la vérité avait un prix : l'exclusion du troupeau. Cela était déjà vrai du temps de Thoreau, de Jünger, de Palante alors que leurs cogitations étaient tout de même jugées suffisamment sérieuses et importantes pour qu'elles soient imprimées, diffusées et probablement lues et commentées, ne serait-ce que par une poignée de lecteurs. Alors aujourd'hui, quel prix devrait payer celui qui aurait l'audace de vouloir penser librement, de vouloir regarder la vérité dans le blanc des yeux, avec lucidité, objectivité et courage ? Quelle place pouvait-il rester à l'homme libre dans ce monde présent, parfaitement calibré, et où toute pensée, pas même déviante, juste décalée ou alternative, n'avait plus lieu d'être ?

Oui, la liberté avait un prix : la solitude."

Écrit par : Pascale | 31 août 2009

Après un moment d'absence de retour parmi les grogneurs !!! ;)

Et c'est une bien belle nouvelle que je vois là. Au plaisir...

Écrit par : Jean | 01 septembre 2009

Presque le retour du fils prodigue car l'esthétique du Grognard te dois beaucoup...

Écrit par : stephane | 01 septembre 2009

Lecture de mon mari et confrontations de nos impressions:

On est fier de ce bon bouquin comme si on y était pour quelque chose! entre les pages 109 à 112, au coeur de ta réflexion, chacun de nous peut s'attarder et mesurer le péril sournois de notre époque...et rester DEBOUT!

je le fais circuler autour de moi mais je lui souhaite un succès manifeste et de bonnes grosses ventes!

aglaé vadet

Écrit par : aglaé | 08 septembre 2009

Mince : qu'est-ce que j'ai bien pu écrire entre les pages 109 et 112 ! Faut que j'aille voir ça (désolé je n'ai pas appris par coeur la pagination de mon bouquin ;-))

Et merci pour les encouragements

Écrit par : stephane | 08 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.