Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juin 2009

Eric Simon et Michel L'Hostis

img272.jpg A l’occasion de la venue de Patrice Maltaverne et de Traction Brabant à Nantes, lors d’une soirée lecture, j’ai pu faire la connaissance d’Eric Simon, poète, écrivain et résistant des lettres qui publie, de manière complètement bénévole et désintéressée, des petites plaquettes qui, sous leur aspect quelque peu austère, cachent de bien jolies choses.

 

Vous voulez des preuves ? En voici deux.

 

La première s’intitule Sur les marches d’un cirque universel et est signée Michel L’Hostis. Ce dernier nous offre là une magnifique collection d’aphorismes tous plus poétiques et sensibles les uns que les autres : « Les sommets ont la forme des victoires. C’est en piquant du nez qu’on y creuse son chemin » ; « On est poète parce qu’on ne se contente pas d’avoir des plumes. On veut des ailes » ; « Quand on est lucide, il est difficile d’être joyeux. Décidément il est dur de réfléchir et de rire en même temps. »

 

La seconde preuve s’intitule Julien Gracq l’affable. Elle est signée Eric Simon et on y trouve ce bel extrait :

 

img271.jpg« La philosophie post-existentialiste inspirée des Lumières et des droits de l’homme à l’occidentale apparaît incapable de fonder la nature d’un sujet, ou au moins d’un sujet-citoyen en mesure de faire face à l’horreur et de s’y opposer, ou tout du moins d’échapper au risque d’en être complice. Quant à l’artiste, dans ce monde-là, armé et surarmé, il demeure un être profondément désarmé, en passe de se voir à tout moment confisquer sa parole et sa pensée. La pensée est désarmée, elle ne nourrit plus la civilisation. La confiscation a atteint les niveaux de la vie inconsciente, la pulsion de mort semble à jamais victorieuse. Rejoignant là-dessus Castoriadis, un vieil ami anarchiste, péruvien qui croisa dans sa jeunesse Che Guevara à La Havane, me faisait part il y a peu de temps de son désarroi devant l’étendue du désastre de la pensée et l’attribuait, en plus des catastrophes et des massacres de l’Histoire, à quelque cause anthropologique profonde qui bloquait toute possibilité de dépassement dans sa dimension collective  puis universelle. »

 

Pour se procurer un exemplaire de ces publications, il suffit d’envoyer une enveloppe (format A5) affranchie à 0,89 euros aux adresses suivantes :

 

Pour le livre de Michel L'Hostis : 8 quai de Tourville, 44000 NANTES.

Pour le livre d’Eric Simon : 7 quai Ferdinand Favre, 44000 NANTES

Les commentaires sont fermés.