Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2008

Jules de Gaultier : La Philosophie officielle et la philosophie

96.jpgLe Beaujolais nouveau est arrivé ! Le Jules de Gaultier nouveau aussi ! Dans les deux cas c’est frais, gouleyant et ça fait tourner la tête !

 

Présentation de l’éditeur

 

Avec La Philosophie officielle et la philosophie, ouvrage paru en 1922, Jules de Gaultier, le penseur du Bovarysme, l’apôtre de l’Illusionnisme, franchit une nouvelle étape dans son parcours intellectuel. Lui qui, jusque-là, s’était surtout attaché à dénoncer les égarements du pseudo-rationalisme et les suspectes prétentions des zélateurs du Vrai, du Beau, du Bien, décide d’opposer à la Philosophie officielle – à ses préjugés, à ses logiques bourgeoises –, sa propre philosophie.

 

« Cet avènement d’une philosophie de la relation, écrit Jules de Gaultier, d’une philosophie positive, l’activité de la pensée spéculative, littéraire et scientifique l’a préparé depuis bientôt un siècle. L’heure n’est-elle pas venue d’en faire une réalité ? »

 

Le pari est excitant, mais culotté : comment en effet peut-on construire une pensée systématique, enseignable, positive quand on part du principe que tout est illusion, que tout n’est que fiction ? N’y a-t-il pas une forme de contradiction dans ce projet affiché de proposer au monde une philosophie « définitive » véritablement « rationnelle », « intellectuelle » et qui obtiendrait ainsi, en quelque sorte, une dérogation inespérée lui permettant de se situer « au-delà » de la fiction ? Et pourquoi l’Humanité qui, depuis des millénaires n’arrête pas de nous rappeler que les brumes de l’inconscience et de la fiction universelle lui conviennent très bien, se prendrait-elle soudainement de passion pour les implacables lumières proposées par la philosophie de Jules de Gaultier ?

 

Autant d’apparentes contradictions et de sujets de doutes que Jules de Gaultier s’applique à démonter au fil des pages, avec l’élégance du style qui est le sien, avec son humour et avec son habituel sens de la démonstration.

 

Texte établi, préfacé et annoté par Stéphane Beau. Editions du sandre.

Les commentaires sont fermés.