Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2008

L'Art de lire - Emile Faguet

EmileFaguet.jpgQuelques vers tirés de l’Art de lire (1923) d’Emile Faguet - qui les emprunte lui-même à un épigrammiste dont il ne connaît pas le nom :

Le sort des hommes est ceci :
Beaucoup d’appelés, peu d’élus ;
Le sort des livres, le voici :
Beaucoup d’épelés, peu de lus.

(précisons que les amateurs de Faguet auront normalement le plaisir de le retrouver plus longuement dans Le Grognard de décembre... Mais chut... le sommaire n'est pas encore bouclé !)

08:10 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (1)

29 septembre 2008

Grognard dans la brume...

N., 4 ans : Dis donc papa, y a beaucoup de grognard, ce matin !!!

 

Il y avait effectivement beaucoup de… brouillard, ce matin, sur le trajet de l’école.

 

Je me demande si Le Grognard n’est pas en train de devenir une obsession familiale !

Le Grognard sur le web

decharge.jpgUn très joli « papier » – je ne sais plus si cela se dit quand on parle du web ! –, très sympathique à l’égard du Grognard, sur le site de la revue Décharge. Agréable de voir à quel point l’auteur, Claude Vercey a parfaitement saisi et exposé l’esprit de ce que nous essayons de faire. Et puis, recevoir les félicitations de Décharge (139ème numéro) et être plus ou moins comparé à Plein Chant (n°83-84), deux revues qui ont su à la fois durer et persister dans la qualité, il y a pire comme punition !

Suis-je méchant ?... et même gratuitement méchant, voire mesquin, autre qualificatif dont récemment m’accabla le tempétueux animateur de Pages insulaires, avant de me prier, en guise de représailles, de le rayer de la liste de diffusion bi-hebdomadaire des I.D ? Droit qui lui fut aussitôt accordé, comme il se doit. Mais je continue de m’étonner de la réaction, qu’on me permettra de trouver sinon puérile au moins malavisée, de qui entend promouvoir un bimestriel / perméable aux idées (c’est le sous-titre !), quand il est incapable d’entendre une objection, et des plus légères puisque je me contentais, dans un effort de litote mal récompensé, de juger peu convaincants les premiers pas de sa publication, renvoyant toutefois le lecteur à la chronique « revue du mois » (d’août) sur notre site qui la présentait sous un meilleur éclairage.

Je ne rejette point l’hypothèse, émise dans le même temps à mon égard, que « mon esprit n’était pas à la hauteur des textes » ; c’est pourquoi, manière de contre-épreuve, j’accueillis favorablement l’occasion de prendre connaissance d’une revue que j’ignorais jusqu’alors, à l’évidence perméable elle aussi aux idées, puisque sous-titrée : Littérature, idées, philosophie, critique et débats : Le Grognard dont le n°7 vient de paraître (septembre 2008). Vu d’un peu loin, on dira que l’orientation des publications est la même, dans leur développement de points de vue contestataires, quoique plus anticonformiste au Grognard que relevant d’une anarchie à tout crin. Mais la différence essentielle est que le Grognard cherche à penser : sa démarche pourrait être résumée en une citation, extraite de la chronique de Chamfleury intitulée : De la fausse science et de la prétendue ignorance, et qui stigmatise ces messieurs « qui parlent beaucoup, ne disent rien et négligent l’étude du Fait pour se complaire dans l’idéologie (...) »

L’étude des faits : au-delà d’une critique de circonstance voilà un mot d’ordre dont beaucoup de revues, de poésie en particulier, devrait s’emparer. En tout cas, au Grognard, revue au demeurant modeste (34 pages), – dans sa présentation, par le ton mesuré de ses intervenants et ses objectifs, la distance qu’il entretient avec l’actualité immédiate, à la manière de Plein Chant, ou qui le rapproche des feuillets que naguère nous adressait Joel Cornuault, – on s’en tient à cette consigne et l’on a soin en premier lieu de fournir au lecteur des documents de référence, de Chamfleury (1821-1889) ou, sur la révolte étudiante des années 1960-68 aux USA : « les Etudiants sont des nègres » de Jerry Farber, que l’on mêle à des proses poétiques (Aglaé Vadet et Thomas Vinau) des vers, des réflexions et des aphorismes. Le responsable de la publication, Stéphane Beau, donne l’exemple, bien que s’en tenant, dans ce numéro du moins, au compte-rendu des livres : avant tout commentaire, un ouvrage est présenté posément, son propos est resitué et la pensée qu’il inspire, si elle ne refuse pas de s’élever vers certaines généralités, n’est pas globalisante, n’enferme pas la pulsion première, généreuse, d’une révolte dans une phraséologie d’emblée répulsive.

Un dernier aphorisme en guise de pousse-rapière ? De Stéphane Beau : « Le plus simple, pour juger de la valeur réelle d’une personne, reste encore de la mettre en colère. »

Claude Vercey : I.D. n° 141

28 septembre 2008

Le Grognard en librairie...

L92xH72_gif_Le-grognard-revue-litteraire-226bd.gifAprès quelques cafouillages dus à la défection de notre précédent diffuseur, Le Grognard est de nouveau disponible dans trois librairies parisiennes : La Hune, Compagnie et Tschann.

 

Rappelons que Le Grognard est maintenant référencé sur les bases de données professionnelles (Electre, Dilicom etc…) et que depuis le n°6 il peut être commandé dans n’importe quelle librairie de France. N’hésitez donc pas à aller le demander à votre libraire !

27 septembre 2008

Bulletin des amis de Saint-Pol-Roux n°2

Bulletin_des_Amis_de_SPR_-_2.JPGNous avons le plaisir de vous informer de la parution du deuxième numéro du Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux consacré à La Dame à la Faulx (Mercure de France, 1899).

 

Il recueille les comptes rendus du drame parus dans les petites revues de l'époque et une lettre inédite, signés : Victor Margueritte, Gustave Kahn, Edmond Pilon, Paul Adam, Catulle Mendès, Jean Héritier, Fernand Gregh, Henri Degron, André Gide, Jacques Copeau, Edouard de Max, Georges Eekhoud, etc. En frontispice, un dessin de Mary Piriou : « Saint-Pol-Roux dans la forêt des Ardennes en 1895 ».

 

Tous les détails sur le prix, les modalités d’envoi sont à découvrir ICI.

13:13 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (0)

26 septembre 2008

Le Facétieux Picard...

picard.jpg« Heidegger, quel bunker ! Il est fort, le vieux, mais jusqu’à quel point. Un peu plus d’ironie là-dedans aurait permis à la lumière d’entrer. (Que les heideggériens fanatiques ne s’empressent pas, à leur habitude, d’engager une campagne pour défendre leur idole, texte à l’appui. J’avoue ne pas lire l’allemand et à peine le Heidegger en traduction. Mais je ne peux pas toujours prendre Huisman pour tête de Turc !) »

Georges Picard, Le Philosophe facétieux, José Corti, 2008.

15:43 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (1)

25 septembre 2008

considérations sur le bétail humain...

DAENINCKX-248x400.jpgPioché dans le très riche livre de Didier Daeninckx, La Mémoire longue (Le Cherche Midi, 2008), ce rappel de quelques vers de Prévert que je ne connaissais pas et qui ne sont pas sans faire écho, chez moi, à cette terrible phrase d’Ernst Jünger dont la profondeur me fascine toujours autant qu’elle m’effraie : « La condition d'animal domestique entraîne celle de la bête de boucherie ».

La réponse de Prévert :

La faim règne sur le bétail
et l’abat
Bétail bovin bétail humain
On ne fait pas de détail
au charnier du Marché commun
La matière première est pour rien.

06:55 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (2)

24 septembre 2008

Le Magazine des livres n°12

img007.jpgLe numéro 12 (octobre novembre 2008) du Magazine des livres est disponible. C’est un numéro spécial Rentrée Littéraire qui tourne essentiellement autour d’un vaste Cahier des livres dans lequel nous signons, pour notre part, quelques recensions (Agnès CLERC : Al ; Fabienne SWIATLY : Boire ; Denis GROZDANOVITCH : La faculté des choses ; COLLECTIF : Juifs et Anarchistes ; Pascal PRATZ : Le temps d'une cerise, d'une saison de mimosa.)

07:19 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

21 septembre 2008

C’est nous les gars de la marine…

N., 4 ans : Regarde papa j’ai rempli la poubelle à bâbord !

20 septembre 2008

actualité des revues de poésie

img004.jpgConfraternel salut à deux sympathiques revues poétiques qui continuent leur petit bonhomme de chemin, sans se soucier des modes et des circuits officiels :  Comme en poésie qui vient de publier son n°35 et Traction-Brabant qui vient de sortir son n°26.

Signalons au passage que Jean-Pierre Lesieur, le responsable de Comme en Poésie nous informe de la parution, aux éditions Gros Textes, de son dernier livre, L'Animal poétique et ses munitions, livre dont le petit texte de présentation donne réellement envie d'aller y voir de plus près :

img005.jpg« L'indomptable énergie du poème ressemble à s'y méprendre à une allumette de guimauve verte qu'un peintre au chômage tenterait vainement de rayer dans le sens de la longueur. »

Bizarre, vous avez dit bizarre ?