Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 septembre 2008

Caligula - Albert Camus

camus.jpgCÆSONIA

Est-ce donc du bonheur cette liberté épouvantable ?

 

CALIGULA

Sois en sûre Cæsonia. Sans elle j’eusse été un homme satisfait. Grâce à elle j’ai conquis la divine clairvoyance du solitaire.

Commentaires

Camus a de nombreux détracteurs. Moi, je suis fan absolue.

Écrit par : Pascale | 20 septembre 2008

Les détracteurs de Camus sont des jaloux. Ils n'arriveront jamais à déposer leurs livres aux chevets de tous, comme Camus.

Écrit par : Goulven | 20 septembre 2008

En plein dans la lecture de « La Mémoire Longue » de Didier Daeninckx (très chouette livre, ceci dit en passant). J’y trouve cette définition de l’artiste qui, je trouve, s’applique très bien à Camus, et qui explique très bien pourquoi ceux qui aiment Camus l’aiment et pourquoi ceux qui ne l’aiment pas… ne l’aiment pas :

« L’artiste, avant tout, c’est un regard décalé, une manière de toiser le monde en refusant d’être dans le rang, de battre des pieds en cadence, de s’esclaffer au rythme des rires enregistrés, d’applaudir au signal, d’attendre le coup de feu pour jaillir des starting-blocks. C’est un faiseur de faux départs, un brouilleur de codes-barres, un type ou une typesse qui ne respecte pas la règle du jeu, sachant qu’elle est faussée à la base. L’artiste, c’est celui qui ne fuit pas le monde, mais qui signale que le monde fuit de partout. »

Écrit par : stephane | 20 septembre 2008

En effet, je sais pourquoi je l'aime... très belle définition, merci!

Écrit par : Pascale | 20 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.