Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mars 2008

Des nouvelles du Manchot...

1302475628.JPGUn petit mot pour signaler que Stéphane Prat, avec lequel nous avons co-animé le dernier Grognard, nous donne à lire, sur son blog, les premiers chapitres d’un roman qu’il est en train d’écrire. Ci-dessous, deux petits extraits, dont je ne sais pas s’ils sont représentatifs, mais qui ne me laissent pas indifférent :

« Elle trouvait de la poésie à ces tas de ferraille alignés, feux allumés et vitres entrouvertes, attendant que le trafic redémarre. Beaucoup de ces véhicules étaient flambants neufs. Beaucoup se saignaient sans doute, avec un salaire ridicule, pour poser leur cul dans ces bolides brimés. Certains en changeaient comme de chemises, mais le plus souvent, eux aussi, se serraient le falzar pour y mettre du carburant. Elle contemplait ces signes extérieurs de suractivité imbécile avec une certaine tendresse, pour ainsi dire maternelle. En dévisageant ces inconnus, leur regard à la fois sûr et impatient, prédéterminé, elle mesurait sa chance d’être dévorée par l’écriture, une chance qu’elle n’avait jamais cherchée, dont elle se serait comme tout le monde parfaitement passée et qu’elle ne comprendrait donc jamais. Elle ne pourrait jamais non plus totalement échapper à la pauvreté de cette existence-là, à cette matière en expansion, inerte, criminelle, mais avec l’écriture elle se concevait comme un destin parallèle, depuis lequel elle se regardait avec mansuétude, embringuée comme tout le monde dans ce merdier froid. »

« Motel redoutait l’Alzheimer et le désirait en même temps comme une délivrance, tellement il était fatigué de ne jamais s’oublier. Il ne parvenait même plus à se saouler. »

14:48 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.