Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 décembre 2007

Roland Dorgelès : Progrès

Progrès

Du Tonkin à la Cochinchine
J’ai dénoué le long ruban
De cette route Mandarine
Sur qui le manguier noir incline
Sa branche et son fruit succulent
*
Quels sont ces gens dans la rizière ?
Est-ce un cortège de Doc-Phous
Avec ses dais et ses bannières,
Ses parasols et ses litières,
Sur un pont léger de bambous…
*
Que de folies on imagine !
Tu croyais donc aux revenants ?
Mais le lettré qui se dandine,
Le palanquin qui s’achemine,
Tout ça c’est bon pour les romans.
*
Le chinois roule en limousine,
Le coolie attend la combine,
Thi-Ba fait casquer son amant ;
Chaque jonque veut sa machine,
Chaque ville veut son usine
L’auto a tué l’éléphant…

Roland Dorgelès, Saïgon, février 1924.
Publié dans Le Divan.

18:35 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

...J'ai mangé du cannibale,
J'ai même digéré des balles....

Fernand Contandin, dit "Fernandel".

Écrit par : Bannister | 15 décembre 2007

Je sais : ce n'est pas de la grande poésie, mais je suis tombé là dessus par hasard et ça m'a amusé car, au delà de ça, je suis en train de redécouvrir Dorgelès et j'avoue que je le lis avec plaisir...

Écrit par : stephane | 15 décembre 2007

Mais c'est très bien Dorgeles en Asie ! Du Manceron revu par Mac Orlan.

Écrit par : Bannister | 16 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.