Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 novembre 2007

Le symbole de la vie...

5ad772eada7365c3f032269bf3273a3d.jpg« Le symbole de la vie… L’homme vient au monde plus dépourvu qu’un poulet ; il ne sait ni marcher, ni manger, ni parler. Il n’y a qu’une chose qu’il sache sans l’apprendre : c’est pleurer. »

Roland Dorgelès, Partir.

14:05 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

et rire!

Écrit par : Pascale | 21 novembre 2007

Pas sûr... Le rire vient après...

Le sourire tout au plus et encore : chez le nouveau né l'origine du sourire reste plus mystérieuse que celle des pleurs.

Le rire en tant que tel est déjà un acte "social" qui, de ce fait, présuppose un minimum d'apprentissage.

Écrit par : stephane | 21 novembre 2007

Le sourire d'apaisement d'un nouveau-né qui a le ventre plein arrive au même âge que les pleurs (tous ne pleurent pas à la naissance). Mystère pour les chercheurs, peut-être, pas pour un mère.

Écrit par : Pascale | 21 novembre 2007

Ah les mamans ! C'est vrai, je ne suis qu'un papa...

Je n'avais pas l'intention de lancer un débat sur les nouveaux nés. C'était plus la symbolique sur la condition humaine qui m'intéressait dans la phrase de Dorgelès. Après, c'est vrai que, d'un point de vue plus réaliste, le bébé sait aussi, de manière assez naturelle, faire caca, pipi, téter tout ce qui traine à portée de sa bouche, se labourer les joues avec ses petits ongles, vomir dans le dos de sa grand mère, perdre ses chaussettes au fond de sa turbulette...

Mais quand même, et sans vouloir mettre en doute la bonne foi de la maman, dans les couloir des maternités (où j'ai moi aussi trainé mes chaussures), il me semble avoir entendu plus de pleurs que de rires... Mais les papas sont durs de la feuille ! je me suis peut-être trompé... :-)

Écrit par : stephane | 21 novembre 2007

J'avais bien compris la symbolique mais ça m'énerve toujours cette vision triste de la vie où l'on compare toujours tout aux pleurs plus qu'aux rires. Voilà, j'ai pondu mon petit caca nerveux. Ceci étant, si les enfants pleurent plus qu'ils ne rient à la maternité, c'est sûrement la faute aux poulets!

Écrit par : Pascale | 21 novembre 2007

Pascale a écrit : "j'ai pondu mon petit caca nerveux"

...Et c'est très noble. C'est la preuve que tu as su garder intacte cette fonction innée, héritée de ta plus tendre enfance !

C'est vrai que je suis un incorrigible pessimiste. Ce qui ne m'empèche pas de penser que ce qui fait la grandeur de l'homme justement (contrairement au poulet, pour garder niotre volatile de référence) c'est qu'il est capable d'apprendre à rire. Mais cela vient après... (Et oui, pessimiste ET têtu!)

Écrit par : stephane | 22 novembre 2007

Non non non, je suis à moitié bretonne, donc tétue et très belle aussi, Monsieur Beau, vous n'avez pas l'exclusivité. Je n'ai jamais appris le rire, c'est inné, peut-être parce que la seule personne qui m'a vu naître était la femme d'un poulet bleu (dans une case en Afrique, à Abéché, où il n'était pas encore question de l'arche de Zoé).
La seule chose qui semble devoir s'apprendre dans ce bas monde, c'est la simplicité. Et là-dessus, je suis balaize et bien parée.

Écrit par : Pascale | 22 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.