Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 octobre 2007

mot d'enfant...

En père taquin, je tente de piéger mon fils (3 ans) :

Moi : Dis moi, on dit une mocolotive, une colomotive, ou une locomotive ?

Lui : … heu… un train !

29 octobre 2007

Palante aux 1001 nuits

96648fb962913a80ae90e13a7b3a63e8.jpgGeorges Palante n’est plus, à proprement parler un inconnu du grand public. Ses œuvres quasi complètes sont disponibles en librairie aux éditions Coda et nous travaillons actuellement au tome II de ses chroniques complètes (à paraître également chez Coda).

 

Il manquait en fait, pour permettre sa diffusion auprès d’un plus large, public une édition plus accessible, tant au niveau du format, du contenu que du prix.

 

L’oubli est en partie réparé grâce aux éditions des 1001 nuits qui publient ces jours-ci un volume (que nous avons eu le plaisir de préparer et de postfacer) : La Sensibilité individualiste. Ce volume comprend deux articles de Palante : « La Sensibilité individualiste » et « Anarchisme et individualisme ».

24 octobre 2007

Individualisme contemporain et individualités : regards croisés des sciences sociales et de la philosophie

3bf025d526974ab0d3154fce7401ae38.jpgAnnonce de Colloque (Cerisy-la-Salle) : du 14 au 21 juin 2008.

Sous la direction de Philippe CORCUFF (maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon, CERLIS – Philippe.Corcuff@univ-lyon2.fr) et de Christian LE BART (professeur de science politique à l’IEP de Rennes, directeur du CRAPE – lbrt35@club-internet.fr)

Avec le soutien du CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, CNRS/Université de Paris Descartes), du CRAPE (Centre de Recherche sur l'Action Politique en Europe, CNRS/IEP de Rennes/Université de Rennes I) et du SOPHIAPOL (laboratoire de Sociologie Philosophie Anthropologie Politiques, équipe d'accueil à l’Université de Paris X-Nanterre)

* Texte d’orientation :

L’objectif de ce colloque est de mettre en discussion les thèses relatives à l’individualisation des sociétés contemporaines. Nombreux sont les travaux d’historiens, d’anthropologues, de sociologues, de politistes, de philosophes, qui font l’hypothèse d’un changement en profondeur de ces sociétés : après un premier individualisme, celui des Lumières et de l’avènement du Citoyen, on assisterait depuis quelques décennies à l’émergence progressive d’un second individualisme. Pour les auteurs les plus favorables à ces transformations, cette « second modernité » serait caractérisée par de nouvelles marges de choix individuel, par une réflexivité individuelle plus poussée (quête de soi) et par l’émergence de nouvelles formes collectives. Pour les auteurs les plus critiques, cette nouvelle phase développerait le narcissisme et engendrerait de nouvelles pathologies, tout en défaisant le lien social. L’individualisme contemporain engagerait donc des déplacements significatifs, positifs pour certains, négatifs pour d’autres, dans l’ordre des questions éthiques et politiques.

Les diagnostics en terme d’individualisation méritent donc discussion, en confrontant une pluralité d’éclairages venant tant des sciences sociales que de la philosophie. Les tendances individualisatrices sont-elles si prégnantes dans nos sociétés, ou les approches en terme d’individualisme constituent-elles des discours de sens commun empêchant de voir d’autres logiques socio-historiques plus fondamentales ? Dans quelle mesure ces tendances se révèlent-elles, pour les individualités comme pour les sociétés, destructrices et/ou créatrices ? L’individualisme contemporain est-il avant tout l’affaire de normes sociales contraignant les individus ou permet-il surtout l’émergence de processus de subjectivation ? Quels sont ses liens avec les formes renouvelées du capitalisme et donc aussi avec la critique du capitalisme ? En quoi conduit-il à repenser notre rapport à l’éthique et à la politique ?...Autant de questions que ce colloque s’efforcera de traiter en faisant appel à des spécialistes reconnus en France et internationalement.

L’organisation des tables-rondes composant les différentes demi-journées sera précisée ultérieurement.

* Intervenants confirmés :

- Laurence Allard et Olivier Blondeau : « L'individualisme expressif : de quelques expérimentations sur le terrain de l'activisme culturel et politique digital »
- Christian Arnsperger: « L'analyse existentielle comme méthode de dépassement de l'individualisme méthodologique : critique de l'économie comme science de l'existence »
- Stéphane Beaud : « Le monde ouvrier à l'épreuve de l'individualisation des pratiques »
- Luc Boltanski : « L'individualisme sans la liberté : une approche pragmatique de la domination »
- Ahmed Boubeker : « Ethnicité, individuation et subjectivation »
- Alain Caillé : « Individualisme ou parcellitarisme »
- Claude Calame : « Entre droits de l'homme et droits sociaux, l'individu abstrait et la personne concrète »
- Robert Castel : « Individus par excès, individus par défaut »
- Philippe Caumières : « La privatisation de l'individu : l'approche du social par Castoriadis en question(s) »
- Philippe Chanial : « De l'optimisme individualiste du socialisme de la fin de XIXème siècle à ses impasses contemporaines »
- Daniel Colson  : « Individuation et subjectivités - Le modèle libertaire »
- Philippe Corcuff : « Contradiction capital/individualité et imaginaires personnels – Le cas de la réception de la série télévisée Ally McBeal »
- Dominique Depenne : « Georges Palante contre Émile Durkheim : individualisme et sociologie »
- Natalie Depraz : « Phénoménologie du "nous" - Réflexions à partir de la communauté grecque d'Istanbul »
- François Dubet : « De la fin des illusions à la défense des individus »
- Alain Ehrenberg : « La querelle du narcissisme ou comment élaborer les relations entre clinique et sociologie ? »
- François Flahaut : « La vulnérabilité du sentiment d'exister »
- Vincent de Gaulejac : « L'exigence d'être un sujet »
- Nacira Guénif-Souilamas : « Répertoires d'individuation et gisements identificatoires: une boîte à outil extensible »
-
Nathalie Heinich  : « L'artiste, type idéal de l'individu  dans la modernité ? »
- Jacques Ion : « Individuation, émancipation individuelle, émancipation collective »
- Jean-Claude Kaufmann : « La force structurante d'une illusion : l'individu »
- Bernard Lahire : « Autour de l'individu libre et autonome : retour sur un grand mythe contemporain »
- Sandra Laugier : « Réinventer l'individualisme : subjectivité et perfectionnisme moral »
- Christian Le Bart : « Les historiens face à l'individualisation »
- Danièle Linhart : « Individualisation et dimension citoyenne du travail »
- Claude Martin : « Individualisation et politiques sociales :  de l’individualisme positif ou l’instrumentalisation de l’individu »
- Danilo Martuccelli : « Y a-t-il des individus au Sud ? »
- Sylvie Ollitrault : « Militer pour soi : les techniques de fidélisation au sein de Greenpeace »
- Mathieu Potte-Bonneville : « Individualisation et subjectivation : remarques à partir de Michel Foucault »
- Gildas Renou : « L’individuation muette - Sociologie de la pratique et sentiment de soi »
- François de Singly : « Désaffiliation relative et individualisation »
- Laurent Thévenot : « Servitudes et grandeurs des individualités »
- Anne-Catherine Wagner : « Individualisme et collectivisme dans la bourgeoisie »
- Sophie Wahnich : « Individualités et subjectivation politique pendant la Révolution française »

* Intervenants en cours de confirmation :

Ulrich Beck - Axel Honneth

15:10 Publié dans En vrac | Lien permanent | Commentaires (2)