Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juillet 2007

L'Homme sans qualités

c9330f29d6be964f2576128bc6079d34.jpgIl y a des rendez-vous ratés que l’on a du mal à digérer… Je viens de ressentir cela avec Robert Musil et son Homme sans qualités. Il y a des années que je veux lire ce livre et que j’attends le moment propice pour me plonger dedans. Cet été, j’ai cru que le moment était venu… et… grosse déception ! Impossible d’ingurgiter cette espèce de baratin sans intérêt qui constitue l’essentiel du roman !

Moment de doute : suis-je si nul que je n’arrive pas à percevoir tout ce qu’il y a de génial dans ce texte ? Moi qui ai adoré La Montagne Magique de Thomas Mann, comment puis-je sécher ainsi, lamentablement, devant ce monument de la littérature ?... Comment ? Parce qu’il est chiant, tout simplement !

22:20 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

"S'il est ennuyeux, c'est peut-être qu'il a bien réussi sa copie." Comme dirait l'autre. Moi non plus je ne me suis jamais ennuyé au point de lire ce livre... Mais je ne sais pas si tu connais "les trois femmes" (ou "trois femmes"), du même auteur. Trois récits (anti-récits) proprement déroutants, envoûtants. Presque fantastiques à force d'acuité psychologique, de descriptions intérieures et d'expérimentations les plus diverses, très, très précises et précieuses. Trois bijoux!

Écrit par : Stéphane Prat | 31 juillet 2007

Je crois que je vais attendre un peu avant de me replonger dans Musil.

Même si j'ai été sévère dans mon premier message. Il y a de très belles pages - tout du moins de très beaux paragraphes - dans l'Homme sans qualités, mais pour les goûter, il faut se farcir des pages et des pages d'un blabla qui m'aurait peut-être impressionné il y a quinze ou vingt ans mais qui ne font plus aucun effet aujourd'hui.

La vie est courte et je n'ai plus de temps à perdre avec ce genre de littérature...

Écrit par : stephane | 01 août 2007

Je ne suis pas d'accord. Ce blabla" représente pour moi une des réflexion les plus profonde en littérature sur la justice, la responsabilité, la folie... Evidemment, c'est ardu, abstrait, parfois jargonnant, et l'on se demande à certains moments si tout cela rime à quelque chose. Mais la lecture en vaut la peine. Ce qui est plus dur, c'est d'arriver à la fin du second volume et de savoir que le roman est inachevé...

Écrit par : L'Ombre | 08 août 2007

Heureusement que ce "blabla" parle à certains ! J'y reviendrai peut-être un jour.

J'ai survolé rapidement votre blog, il m'a l'air d'être bien sympathique. Peut-être aurez-vous un jour de proposer quelque chose au Grognard (dont le n°3, à paraître en septembre, fait la part belle à Huysmans et à Locmant que vous n'épargnez pas !)

Écrit par : stephane | 08 août 2007

Les commentaires sont fermés.