Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juillet 2007

La Sensibilité Métaphysique - Jules de Gaultier

4ba5a2ab5eabed663856afa79d3f9954.jpgPour notre plus grand plaisir les éditions du Sandre viennent de republier cet essai de Jules de Gaultier (paru initialement en 1924).

4ème de couverture :

Une sensibilité possédant le bonheur n’engendrerait ni métaphysique, ni philosophie. C’est le mécontentement, c’est une sensation de malaise qui détermine l’esprit à s’inquiéter et à se mettre en mouvement pour chercher un remède. Au cours d’une première tentative il s’avise de vouloir réformer la vie. La vie étant ressentie comme un mal, il lui semble que les choses soient autrement qu’elles ne doivent être, il veut qu’elles deviennent autres qu’elles ne sont et c’est cette tentative de réformer l’existence, cet espoir qu’elle deviendra autre qu’elle n’est qui engendre toutes les démarches du messianisme. Cette tentative échoue : parvenue à ses formes les plus hautes, elle se manifeste comme impliquant une contradiction avec elle-même. Il apparaît que sa réussite, fût-elle, par impossible, possible, aurait pour effet de révéler cette contradiction. C’est alors qu’une autre tentative se produit et recherche si ce n’est pas faute de négliger un des éléments impliqués dans l’existence, si ce n’est pas en raison de l’erreur de perspective déterminée par cette négligence, que l’existence se révèle à sa propre vue sous ce jour défavorable. Cette seconde tentative aboutit sous les auspices de la sensibilité spectaculaire à montrer qu’il ne faut rien changer qu’un point de vue, et que l’existence comporte en elle-même et en fonction du jeu immanent qui l’anime sa justification immédiate.

Jules de Gaultier

23:05 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.