Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mai 2007

Henri ROORDA

medium_roorda.2.jpgEn cette période d’entre-deux tours, voici quelques mots d’Henri Roorda (1870-1925), mathématicien et humoriste suisse, dont je déguste actuellement les œuvres complètes et dont je reparlerai très certainement, prochainement, sur ce blog ou ailleurs.

« Les vaches, les hommes, les sardines, les éléphants, les femmes, les lapins, les zèbres et les poux, tous les êtres vivants sont des égoïstes. L’égoïsme est le caractère essentiel de leur « moi », la condition nécessaire de leur existence. « L’égoïsme est sacré », comme disent les militaires. Ce qui rend répugnants les hommes d’État et les politiciens, c’est qu’ils ne peuvent pas lâcher un p… sans prétendre que c’est « dans l’intérêt général ». Ce sont des menteurs. L’intérêt général est une chose inconcevable, inexistante ; et les individus sincères n’en parlent pas. »

H. Roorda, À Prendre ou à laisser.

15:20 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.